PREMIÈRE PARTIE
Toute femme, née et domiciliée en France, âgée de 15 ans, toute étrangère âgée de 15 ans accomplis qui, domiciliée en France épouse un Français ou adopte un vieillard est admise à l'exercice des droits de la citoyenne française. Cet exercice se perd par le mariage avec un étranger, la prise de l'habit religieux dans une communauté cloîtrée, par les condamnations à des peines infamantes.
Toutes les citoyennes sont admissibles aux emplois publics, soit civils, soit religieux, soit militaires, sans autre motif de préférence que la vertu et le talent.
 
 
Les maisons où l'honneur de la femme se vend avec l'autorisation de la police sont à jamais fermées.
Les femmes ont le droit de manifester leurs opinions en toute liberté, sans contrôle marital. Toutes les citoyennes ont également le droit de pétitionner, de s'associer et de s'assembler paisiblement et sans armes.

Des devoirs
Les citoyennes devront fournir leur contingent aux armées de terre et de mer ; leur enrôlement se fera comme celui des hommes par le tirage au sort ; il durera 5 ans, de 15 à 20 ans.
Les enôlées formeront une armée, dite de réserve, qui sera partagée en 3 corps : le corps des ouvrières, le corps des vivandières, le corps de charité. Ils seront répartis, selon l'urgence, entre les divisions militaires.
Les citoyennes âgées de 15 ans accomplis formeront une garde civique qui donnera : 1° le service des hospices ; 2° la garde des maisons de charité et des monuments réservés aux sciences et aux arts.
Ces différents services seront commandés comme dans la garde nationale. Un congé de deux mois sera en tuos les temps accordé à chaque citoyenne, sur la présentation du certificat de chirurgien major de la compagnie. L'équipement et l'armement seront réglés par une ordonnance spéciale.

DEUXIÈME PARTIE
Vie privée
1° Le mariage est une loi sacrée de la nature ; il est obligatoire pour les deux sexes, à 21 ans pour les femmes, à 26 pour les hommes.
2° Un Tribunal bi-sexuel jugera les cas d'exception et condamnera les contrevenants au service militaire à perpétuité dans leurs corps respectifs.
3° Le veuvage sans enfants ne pourra durer plus de deux années, si la femme a moins de 40 ans et l'homme 45.
4° Les époux sont des associés, des amis d'intérêts et d'affection ; aucun d'eux ne peut ni ne doit être un maître.
[...]
6° Le mariage est contracté pour la vie et n'est brisé que par le divorce ; le divorce est dans la nature, mais c'est un remède plutôt qu'un besoin ; il ne pourra être prononcé que dans ces trois cas : sévices ou injures graves, condamnations infamantes, adultères. L'époux adultère est puni par la loi qui ne peut agir avec trop de sévérité.

Des soins du ménage
Le mariage étant une association, chacun des deux époux doit partager tous les travaux. Tout mari qui refusera de remplir sa part des soins domestiques sera condamné par un Tribunal ad hoc à prendre au lieu de son service personnel dans la garde nationale le service de sa femme dans la garde civique.
Les femmes doivent travailler insensiblement à effacer les différences qui existent entre le costume masculin et féminin, sans pour cela dépasser les limites de la pudeur et du ridicule, ni même s'éloigner des formes gracieuses et du bon goût. Ce sera du reste un changement dont les hommes, à voir leur tenue de croque-mort, n'auront guère à se plaindre.
Les enfants des deux sexes seront élevés dans la pratique de ces principes.

***

Sources et liens

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir