Alors que je m'entête (et m'énerve) à essayer de dénicher les ancêtres du pigeon / Pihour voyageur (Pihour, Guitter et autre Boullour, ou plus certainement Bouhour) dans les registres d'Angers - l'intérêt des registres paroissiaux des villes, c'est qu'on tombe sur plein de métiers urbains, rarement présents dans les registres ruraux, l'inconvénient... c'est qu'une ville est composée d'une multitude de paroisses -, je tombe dans les tables (oui, c'est déjà un avantage, il y a des tables de baptêmes, mariages et sépultures !) de la paroisse de Saint Julien sur un éventuel cousin... François PIHOUÉ, tué à Saint-Martin-du-Limet, à une soixantaine de kilomètres de là (aujourd'hui en Mayenne).

François Pihoué agé denviron cinquante ans habitant de la paroisse de St Julien de Angers y aiant femme et enfans, a esté travercé dun corp depee dans nostre paroisse est decedé le lendemen vingt cinq may meme annee [1706] et inhumé dans nostrecimetiere en presence de Charle Thomas Jean Colombeau et plusieurs autres qui non scusigner.

 

Ma journée étant définitivement non productive en terme de découvertes d'ascendants directs, on se console avec les trouvailles du moment. François PIHOUÉ est veuf de Perrine JULLIOT (décédée en 1709 à Angers). Il s'est semble-t-il remarié.

Quelques explications sur cette mort violente trouvées dans l'Inventaire sommaire des Archives départementales de la Mayenne antérieures à 1790 (numérisé dans les collections Geneanet, avec un aperçu sur Google Books) : deux commis des aides (employés de la Ferme générale, soit des impôts), Pierre Lhallier et Vincent Lemore sont accusés d'avoir tué François PIHOUÉ dans une rixe lors de l'assemblée de la Crue (lieu-dit de la paroisse de Saint-Martin-du-Limet).

Source

made with love from Fuerteventura

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir