Sous le soleil exactement... Paul Cézanne 047.jpgSi on associe histoire et bains, on pense immédiatement bains de mer plus ou moins thérapeutiques, stations balnéaires, maillot de bain intégral, plages normandes, années 20 (1820 ou 1920, selon les goûts)... Pourtant, cette affaire de trempette à commencer un peu avant. Car bien que ce soit sans conteste elle que je préfère, il n'y a pas que la mer dans la vie : avant les longueurs en piscine, il y a eu les rivières, les étangs, les lacs, tous ces lieux accessibles à tout.e.s et somme toute moins redoutés que les imprévisibles littoraux...

On trouve dans les archives municipales de Rennes plusieurs arrêtés réglementant les bains publics. Dès le tout début du XIXe siècle (à vérifier pour la période antérieure, il est au moins question de bains publics fin XVIII), la municipalité recrute des maîtres-nageurs, chargés d'apporter des secours et veiller au respect du réglement. Ceux qui ne le respecteraient pas sont menacés d'amende et de saisie de leur habit !

 

 

En 1818, le maître-nageur est "facile à reconnaître par un casquet à plaque blanche". Les bains publics sont ouverts du 1er juin au 30 septembre au gué de Baud, sur la Vilaine. La surveillance se fait "depuis six jusqu'à dix heures du matin, et depuis quatre heures de l'après-midi jusqu'à neuf heures du soir". Pas fous nos ancêtres : pas d'exposition aux heures les plus chaudes de la journée. Les baigneurs sont par aileurs prévenus "qu'il est prudent de ne se mettre à l'eau que lorsque la digestion est entièrement faite, et qu'il ne faut pas moins de 3 ou 4 heures après avoir pris des aliments, pour ne courir aucun danger en se baignant". Visiblement ils n'avaient pas lu Rue89 (idée reçue n°9).

 

AMR 9Fi1799 2

 

Outre les détails techniques et sécuritaires, c'est surtout la question des corps et des comportements qui frappe la lecture des réglements.

Vous êtes donc bien tendre à la tentation,
Et la chair sur vos sens fait grande impression!
Certes je ne sais pas quelle chaleur vous monte:
Mais à convoiter, moi, je ne suis pas si prompte,
Et je vous verrais nu du haut jusques en bas,
Que toute votre peau ne me tenterait pas.
Dorine, dans Molière, Le Tartuffe ou l'Imposteur, acte III, scène 2

Les articles transpirent de pudeur, de décence... tout en évoquant des pratiques "scandaleuses" mais visiblement courantes ! Cette question des corps s'exprime d'abord par la séparation des femmes et des hommes, qui doivent se baigner séparément. Du moins autant que possible, n'en déplaise aux plaisantins un peu voyeurs. Les bains des femmes sont clos voire couverts, mais à en croire les considérations répétées des arrêtés, cela ne suffit pas...

"les planches, qui forment la clôture du côté de l'étang, laissent des ouvertures dans leurs joints : il en résulte que des jeunes gens, qui vont se baigner dans cet étang, s'approchent de ces bains, y tracassent les femmes, offensent même leur pudeur [...] Il est essentiel que les femmes puissent se baigner tranquillement, que la décence règne dans le lieu de cet exercice, souvent nécessaire à leur santé, et que personne ne puisse les troubler dans ces momens où la présence d'un seul homme peut alarmer la pudeur de plusieurs femmes".

La nudité revient à plusieurs reprises. Les corps nus ne doivent pas choqués les passants, mais là encore, à en croire les réglements, le contraire est plutôt fréquent : "il est expressément défendu à toutes personnes de parcourir la plage, en état de nudité et de se livrer à des actes de nature à blesser la pudeur" ; "des jeunes gens corrompus se permettent les postures les plus indécentes sur le bord des rivières d'Ille et Vilaine, qu'ils courent nus le long des prairies qui avoisinent les lieux fréquentés, et principalement les promenades publiques".

Pas facile après tout ça de demander aux bons pères de famille d'inculquer les bonnes manières des bains à leurs enfants (de sexe masculin, je présume).

AMR 9fi1892AMR 9fi1897 AMR 9Fi1907AMR 9Fi bainsAMR 9Fi1799 1

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la famille en tout cas, ce qu'on préfère, c'est sans conteste l'eau salée et les constellations de sel séché sur la peau dorée au soleil.

 

Trébeurden, août 1932

 

Sources et liens

made with love from Fuerteventura

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir