tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg

Aux bains publics, au début du XIXe siècle

Sous le soleil exactement... bains cezanneSi on associe histoire et bains, on pense immédiatement bains de mer plus ou moins thérapeutiques, stations balnéaires, maillot de bain intégral, plages normandes, années 20 (1820 ou 1920, selon les goûts)... Pourtant, cette affaire de trempette à commencer un peu avant. Car bien que ce soit sans conteste elle que je préfère, il n'y a pas que la mer dans la vie : avant les longueurs en piscine, il y a eu les rivières, les étangs, les lacs, tous ces lieux accessibles à tout.e.s et somme toute moins redoutés que les imprévisibles littoraux...

On trouve dans les archives municipales de Rennes plusieurs arrêtés réglementant les bains publics. Dès le tout début du XIXe siècle (à vérifier pour la période antérieure, il est au moins question de bains publics fin XVIII), la municipalité recrute des maîtres-nageurs, chargés d'apporter des secours et veiller au respect du réglement. Ceux qui ne le respecteraient pas sont menacés d'amende et de saisie de leur habit !

ImprimerE-mail

John Kitchin, dit Cuisine (sic)

John Kitchin, originaire de Londres, né vers 1734, se fixe à Paimboeuf (Loire-Atlantique) vers 1758. Condition première : abjuration d’hérésie (18 mars 1758), “hors de la vraye église il n’y a point de salut”. Ensuite, il peut se marier (à Marie Jeanne Commery), avoir des enfants. Veuf, il épouse en 1766 Catherine Hoquet. C’est en marge de cet acte qu’apparaît son surnom français… Cuisine !

ad44 kitchin

Source

  • Archives départementales de Loire-Atlantique, BMS de Paimboeuf

ImprimerE-mail

Wikipédia aux Archives

Wikipedia-logo-v2-frAu mois d'octobre 2013, de nombreux événements se sont déroulés dans le cadre de Villes en biens communs, afin de partager et faire connaître les initiatives autour des biens communs : bidouillage dans les fab labs, rencontres autour des logiciels libres et de la cartographie collaborative Open Street Map, ateliers Wikipédia, ...


La préparation en amont

L'avancée de Rennes en matière d'open data et le dynamisme des Wikipédiens rennais ont fait germer l'idée d'organiser un atelier de contribution à Wikipédia aux Archives de Rennes. L'occasion, d'une part, après la simplification des licences de réutilisation des données publiques(1), de s'essayer à plus d'ouverture, et d'autre part, de faire connaître notre bibliothèque historique et ses 3500 ouvrages.

Si la décision de la tenue des ateliers a été prise rapidement, encore a-t-il fallu éliminer les résistances... matérielles : avoir un véritable accès à Internet depuis les postes informatiques de la salle de lecture (au lieu des 10 sites autorisés), et des navigateurs Internet à jour afin d'avoir une navigation satisfaisante. Un accès en Wi-Fi était prévu grâce à une borne portable fournie aux Wikipédiens par l'association Wikimédia France.

Certaines contraintes ont subsisté sur les postes aux droits très verrouillés : les participants n'ont ainsi pas pu mettre eux-mêmes en ligne les images pour illustrer leurs articles – mais rien d'insurmontable.

La communication a été relativement limitée : relayé sur les sites Internet des Archives de Rennes et de Villes en biens communs, l'événement a fait l'objet d'une diffusion auprès de nos réseaux respectifs (mailing et réseaux sociaux) et de deux communiqués dans l'agenda de la presse.

Les deux séances se sont déroulées en salle de lecture les mercredi 9 et 16 octobre 2013, de 16 à 20 heures.

ImprimerE-mail

tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg