Il y a 65 ans, les 16 et 23 septembre, il a plu sur Nantes : un déluge de feu.

Plus de mille bombes alliées tombées sur la ville, visant le port et les industries. Mais également à côté. La statue fondue par Voruz est restée debout stoïque au milieu des décombres. L'Hôtel-Dieu est en morceaux. Immeubles et ruines alternent le long du quai de la Fosse ; d'autres se sont déversés rue du Calvaire. Et les grands magasins Decré sont en ruines. Bilan : plus de 1400 morts, 2500 blessés, 700 immeubles et maisons détruits, 3000 hors d'usage.

 

Place de la République vue du lycée, entrée des tranchées

 

Au même moment, ma grand-mère, interne au lycée situé Place de la République, devait sans doute être dans les abris creusés à proximité. On aperçoit, à gauche du portail, l'entrée des tranchées.

 

Sources et liens

made with love from Fuerteventura

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir