tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg

Une vie en mer : Paul Lépine (1825-1892)

Chasse-marée Le Corentin - Commons66 ans dont les 3/4 sur l'Atlantique : Paul Lépine, "capitaine marin", une femme, Désirée Renaud, 8 enfants, et une vie en mer, au cabotage sur les côtes atlantiques. C'est sans doute l'un des ancêtres pour lequel j'ai glâné le plus d'éléments, et pourtant il en reste tant à découvrir encore :

  • les éléments sur sa carrière maritime s'arrêtent pour l'instant en 1874, lorsqu'il est rayé du quartier maritime du Croisic pour celui de Vannes. Il lui reste encore 18 ans à vivre, et je doute que le loup de mer ait ralenti son rythme de navigation. Reste donc à explorer la sous-série 4P11 au Service historique de la Défense à Lorient.
  • l'inscription maritime, c'est aussi l'armement des bateaux : que transportait-il de port en port (du vin, du charbon, du sel ?) ? avec quel équipage ? Possible qu'il y ait eu affaires avec le beau-père Guillaume Renaud, marchand de vin...
  • je n'ai qu'à peine effleuré la série Q aux Archives départementales du Morbihan, et encore c'était pour consulter une table des acquéreurs sur une très courte période. Encore des bribres de vie en perspective, y compris aux Archives départementales de Loire-Atlantique.
  • peut-être faudra-t-il aussi tirer au clair la petite zone d'ombre autour du lieu de naissance de sa soeur Marie Josèphe vers 1821 et du décès de son frère Félix (né en 1811), introuvables à Mesquer...

 

ImprimerE-mail

#Geneatheme - de Lespine généalogique

Dernières heures de janvier, je suis encore dans les temps pour le généathème du mois consacré aux épines généalogiques.

L’une des miennes porte bien son nom : Lépine. Enfin de Lespine, puisque le blocage se situe au tout début du XVIIIe siècle, et que le bonhomme signe ainsi.

challenge AZ 2013 lepine6

Il en avait déjà été question lors du Challenge de A à Z : il s’agit du petit dernier de la légende familiale (voir article) :

François de LESPINE (vers 1656-1717, Guérande), celui dont je ne sais rien, et dont je sais tant de choses… Il signe (au moins une fois) de L’Espine de Villoiseau. Il est aussi employé des fermes du roi, comme receveur des boucheries, du tabac, des vins, boissons et spiritueux (alternativement, pas en même temps !). Il a failli être estourbi par un boucher furieux d’être mis à l’amende. Il était bourgeois de Paris, ce qui signifie qu’il y a au moins demeuré un an. Il s’est marié avec Marie DESFONTAINES, mais où ? Il a eu au moins 8 enfants… Son inventaire après décès s’élève à plus de 1000 livres… mais les actes notariés de l’étude ne sont conservés qu’à partir de 1719 (snif).

Tous les détails en ma possession et articles à son sujet sur sa fiche généalogique

ImprimerE-mail

Bilan généalogique 2013 - #Geneatheme

2013 a rimé avec de nouvelles découvertes (ou plutôt des confirmations grâce aux sources) grâce notamment avec la mise en ligne des Archives départementales du Pas-de-Calais et des recherches un peu plus poussées dans les Archives départementales du Loir-et-Cher.

421 individus rajoutés dans ma base OhmiGene en 2013, 749 fiches modifiées… et plus de 200 supprimées ces dernières semaines (des coquilles d’individus rattachés comme relation, qui désormais figurent en champ Intervenants), histoire de nettoyer une base de près de 18 000 individus.

Côté site Internet, un plantage impromptu a provoqué la mise en ligne d’une nouvelle version, améliorée dernièrement. Ça manque un peu d’une bannière et d’un ton de couleur réhaussé, il reste quelques détails techniques à régler encore, mais rien de très gênant.

geneatheme bilan 2013

Deux nouvelles rubriques notamment sont apparues, histoire de partager : Relevés généalogiques et la partie Veille.

2013, ce sont 14 articles sur le site… plus les 26 du Challenge de A à Z. Une chouette initiative à laquelle je compte bien participer de nouveau en juin 2014 – mais il va falloir s’y mettre car l’agenda perso et pro s’annonce déjà bien chargé.

Au top des lectures (à ce jour), deux articles ex aqueo : Quand le curé fait de la généalogie descendante et Créer des frises chronologiques et dynamiter son blog de généalogie , vus tous les deux 829 fois.

Et toujours quelques recherches d’internautes incongrues : “video choquante dun cerceuil ouvert”, “recherche des ailleuls”, “quelle résolution d’écran convient à gaia moteur de”, “personnes aveugles etquiont pas un bras et pas un pied noms”, “mineur silésien du bassin houiller de la ruhr”, “mort aux ayeux”, “les raison et les manifestation de exécution de ses aïeux”, “les differents organes d un appareil de radio micro film numerisé”, “championnats de jouets sportifs 1932”, “c’est quoi un microfilm ?”.

L’été a été l’occasion de faire un petit passage en Auvergne, magnifique région accessoirement intéressante au niveau généalogique.

Et 2014 ? Avant tout, voguer au gré des envies. Poursuivre le long travail de “sourçage” des événements. Tâcher de dépatouiller un peu mon épine généalogique parisienne. Et toujours diffuser l’actualité généalogique via le Généafil, Twitter et Facebook.

ImprimerE-mail

Énéour

saint-eneour-ploneour-lanvernCe n’est pas parce qu’on a une partie de sa généalogie profondément enracinée en Bretagne bretonnante qu’on trouve des prénoms bretons à tous les coins d’actes. Bien au contraire… Passés les Marie, Jean, Catherine, Anne, Jeanne, Yves, Michel, il n’y a plus grand monde.

Heureusement il y a les saints ! Que l’on découvre parfois avec étonnement, alors qu’il suffisait de décomposer le nom d’une commune bien connue.

Bienvenue donc à (Yves) Énéour LUCAS, fils de Vincent LUCAS (1751-1787) et de Jeanne LE CARVAL (1755-1813), baptisé le 3 mai 1783 à … Plonéour (Finistère), ça ne s’invente pas.

Liens

ImprimerE-mail

Sébastien Le Cleac'h, 3 bans et puis s'en va

Il n'y a pas grand chose à se mettre sous la dent pour les bigoudens sur les Archives départementales du Finistère. Alors on s'occupe avec quelques miettes...

Tout semblait se dérouler normalement. Chaque chose faite dans le "bon ordre". Sa femme, Anne Nedelec, avait rendu son dernier soupir le 11 octobre 1767 au Guilvinec (Finistère). 16 ans de mariage, et 6 enfants. Antoine, le benjamin, n'avait qu'à peine 2 ans. Lui raconter les aventures d'un marin, qui dans une autre vie, avait débarqué à 25 ans à l'île de France - celle de l'Océan Indien, ne suffirait sans doute pas à calmer l'absence de sa mère.

 

Saint-Guénolé - Les Tablettes rennaises

 

ImprimerE-mail

Le Généafil, veille collaborative


Généalogie en Bretagne


tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg