De retour du Pas-de-Calais, question arrassante.

POURQUOI la grande majorité des filles nées à Givenchy-en-Gohelle lorsque sévissait le calendrier républicain s'appelle "Bonne Augustine" ? Je dis grande majorité pour ne pas dire immense, au vu des microfilms. Soit un bon 80% minimum ! Et quand elles ne s'appellent pas Bonne Augustine, elles se prénomment... Bonne Joseph. Très rarement Gertrude. Voire Catherine.

 

 

Certes j'avoue qu'à la base ce n'était pas du tout ce que je cherchais. J'avais prévu de fureter toute la journée aux Archives départementales du Finistère afin de trouver avant tout les fiches matricules de mes aïeux bigoudens, des informations sur mes douaniers, et en bonus quelques actes d'état-civil...

J'ai attaqué par le répertoire de la série R. Comme recrutement militaire. Classe 1921. Côte 1 R 569. Mauvaise pioche, ce que je n'ai compris qu'après coup.

Carte de la baie du Mont-Saint-Michel
 

Je ne m'attendais pas à tant de sel, euh de piquant, en remontant la branche paternelle...

Grâce à un formidable cousin, j'ai, entre autres, récupéré le mariage de Louis Aignan MEUNIER et Françoise AUBERT. Rien de très extraordinaire, sauf que c'est le premier mariage de mon ascendance qui reconnait un enfant né hors mariage, et que j'ai un père inconnu de plus. Et en plus il y a plein de belles signatures.

Avant de collectionner des aïeux, je collectionnais quelques pièces. Françaises et autres. La vie à l'étranger ça aide, surtout quand il y a plus de 30 nationalités au collège. Certaines trouvailles étaient plutôt inattendues. Il y a un peu plus de dix ans de cela, mon frère a débarqué avec une rondelle noire qu'il avait trouvé au fond d'un tiroir de cuisine. Très content en son for intérieur de jouer une bonne blague à sa soeur. Pas de doute, c'était sûrement du toc. Armée de mon chiffon et de mon produit qui puait (totalement contre-indiqué pour nettoyer des vieilles pièces, mais au moins, ça servait de kärcher), je me suis attaqué au morceau de feraille. Et mon frère a changé progressivement de changer de couleur quand j'ai fait apparaître, petit à petit, ceci... (Je me souviendrai toujours de sa tête)