Patronyme doublement d'actualité puisque j'ai récupéré récemment par le Fil d'Ariane un acte de mariage et qu'un internaute est arrivé sur mon blog en googlant Pihourd de Varennes (s'il se reconnaît, qu'il me contacte absolument en laissant un mot !).

 

De passage il y a quelque temps aux AD de Loire-Atlantique, j'avais décidé de mettre le nez dans les rôles de capitation. Le site Histoire de séries B avait rafraîchi mes vagues souvenirs de cours magistraux d'histoire moderne et je voulais voir à quoi ça ressemblait "en vrai".

 
Ca ressemble donc à de grands feuillets, recensant une liste des habitants et contribuables d'une paroisse (femmes comprises quand elles paient l'impôt). Seules quelques années ont été conservées, le nombre variant d'une commune à l'autre : j'en ai relevé 3 pour Séné et Assérac, contre 12 pour Sarzeau et 16 pour Guérande.

 

François BIGUAIS, 1916
 

En ce mois de commémoration, quelques messages sur mes poilus. Plus sérieuse que mon histoire de poils.

 

Cheveux et sourcils : noirs ; Yeux : roux

Front : bombé ; Nez : moyen ; Bouche : petite

Menton : rond ; Visage : ovale

Taille : 1.58 m

Degré d'instruction : 3

 

Maxime MARITON, avant ou juste après la guerre
 

Suite de mes aïeux poilus, avec un de mes arrière-grand-pères maternels. Maxime MARITON[sosa 14] est semble-t-il un de ceux qui est revenu le plus abîmé. Et gazé. Ouvrier charpentier solognot, il est incorporé le 12 avril 1915 à l'âge de 19 ans.

Cheveux : châtain foncé ;
Yeux : marrons ;
Front : ordinaire ;
Nez : rectil-horizontal ;
Taille : 1 mètre 63 ;
Degré d'instruction : 3

Image
 

Cheveux et sourcils : châtains frisés ;

 Yeux : bleus ; Front : moyen ; Nez : rectiligne ;

Visage : long ; Taille : 1 mètre 62 ;

Degré d'instruction : 3