elharrach delcampe 005

Nom : El-Harrach (Algérie)

Population : 24 595 hab. (1936) / 48 869 hab. (2008)

Patronymes : Bourdic, Le Livec, Robic

Période : 1938-1939

En savoir plus : WikipédiaGoogle Maps. Et sur d'Aïeux et d'Ailleurs

 

Les poches et les mains poisseuses de fruit, ils filaient hors du jardin vers la mer et, dès qu'ils étaient sortis de l'enceinte, empilant les cocoses sur leurs mouchoirs sales, ils mastiquaient avec délices les baies fibreuses, sucrées et grasses à écoeurer, mais légères et savoureuses comme la victoire. Ensuite, il filaient vers la plage.
Il fallait, pour cela, traverser la route dite moutonnière parce qu'en effet des troupeaux de moutons la parcouraient souvent en provenance ou en direction du marché de Maison-Carrée, à l'est d'Alger. C'était en réalité une rocade qui séparait de la mer l'arc de cercle que faisait la ville installée sur ses collines en amphithéâtre. Entre la route et la mer, des fabriques, des briqueteries et une usine à gaz étaient séparées par des étendues de sable recouvert de plaques d'argile ou de poussière de chaux, où blanchissaient des débris de bois et de fer. Traversée cette lande ingrate, on débouchait sur la plage des Sablettes. Le sable en était un peu noir, et les premières vagues n'étaient pas toujours transparentes.
Le premier homme, par Albert Camus, 1960.

En décembre 1938, après 22 ans de service, Jean Bourdic est admis à faire valoir ses droits à la retraite. Il se retire à Maison-Carrée, en banlieue d'Alger. La famille y séjourne de 1929 au tout début de 1933, à Oran, puis de nouveau à partir de mai 1938, à Blida puis Maison-Carrée. Jean Bourdic travaille pour le service du Génie. Ses deux fils aînés sont scolarisés dans un centre d'apprentissage communal qui forme des ajusteurs sur métaux ; Léontine Le Livec est encore et toujours couturière.

1er septembre 1939. C'est la mobilisation générale. Jean Bourdic rejoint l'armée le 5 septembre mais est placé sans affectation (père de 4 enfants) à compter du 23 octobre 1939.

Malgré la guerre qui fait rage de l'autre côté de la Méditerranée, la famille quitte l'Algérie : Jean Bourdic a été reçu au concours d'emploi réservé et a demandé un poste au syndic des gens de mer ; il est affecté au Croisic (Loire-Atlantique). Le couple et les 4 enfants s'embarquent sur le paquebot Lamoricière... qui coulera dans le sens inverse quelques mois plus tard. Ils ne s'installent au Croisic qu'en mars 1940, après avoir végété de longues semaines à Saint-Nazaire.

 

J'ai des photos d'Alep, de Casablanca, de Mostaganem... Mais aucune de mon grand-père qui fête ses 14 ans à El Harrach. Alors il faudra définitivement se contenter des cartes postales.

 

 

Sources et liens

made with love from Fuerteventura

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir