tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg

Derniers articles

À propos

Généalogiste amateur et archiviste, j'ai créé le site Internet "d'Aïeux et d'Ailleurs" en 2007, afin de mêler recherches généalogiques, histoire, archives et numérique.

Les billets de blog, dont les plus récents sont accessibles ci-contre, sont regroupés en plusieurs rubriques : Ciel mes aïeux (portraits et articles consacrés à ma généalogie), Brèves d'archives (actes et découvertes insolites), La boîte à outils (méthodologie de recherches, outils numériques) et Dans la bibliothèque. Ces contenus sont également accessibles à partir de la frise chronologique ci-dessous. 

L'Arbre généalogique permet de naviguer, par branche, dans les données collectées. La partie Photothèque regroupe des photographies familiales. Enfin, la partie Ressources propose un ensemble de liens vers des contenus intéressants du point de vue de la généalogie (blogs, outils méthodologiques, actualités).

Pour rester au courant des publications, il est possible de s'abonner par mail.

Bonne visite !

 

Maïwenn Bourdic

Accès chronologique aux billets de blog

Parcourez la frise chronologique pour accéder aux articles du blog.

Et vous, qui est votre sosa n°1000 ?

C'est un nombre comme un autre, certes, mais je voulais savoir qui se cachait derrière.

Petit rappel pour les néophytes. La numérotation Sosa-Stradonitz est utilisée en généalogie ascendante. Le numéro 1 (de cujus) est à la base (moi-même pour ma part). Le père a toujours le (numéro de l'enfant ) x 2 ; la mère a le (numéro de l'enfant x 2) + 1. Les hommes ont toujours un numéro pair, les femmes impairs. La numérotation se fait de gauche à droite en remontant les générations.

Par exemple des n°512 à 1023, il s'agit de tous les ascendants de la 9e génération. De 1024 à 2047, c'est la 10e. Et messieurs 1024 et 512 sont père et fils. Bref les numéros c'est utile quand la consanguinité s'en mêle, et pour archiver ses actes sur un disque dur et s'y retrouver. Surtout quand tout le monde s'appelle pareil. Ou que deux veufs, en fait beaux-parents du fait du mariage de leurs enfants, se remarient entre eux. Vous suivez ? non ? Marguerite VILLEDIEU et Pierre PORTAIL doivent avoir les oreilles qui sifflent...

Je parlais donc de mettre un nom sur monsieur 1000. Il (car c'est forcément un homme) habite toujours à la même adresse : tout droit à droite sur 5 génération, tournez à gauche, prenez la suivante à droite, puis à gauche de nouveau sur 3 générations (voir la carte routière ci-dessous). Vous êtes arrivés !

Le mien est ch'ti. Et s'appelle... DUPONT ! Jacques Philippe DUPONT, cordonnier. Né le 19 février 1678 à Lapugnoy et décédé le 10 mars 1737 à Marles-les-Mines , paroisse voisine. Et découvert grâce aux données Geneanet d'André L. (cousin à la génération juste au-dessus).

 
Sosa 1000
 

Sources et liens

contentmap_plugin

Mots-clés: Méthodologie, Dupont, Pas-de-Calais

ImprimerE-mail

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Cartographie des articles

cartographie articles

Paroles de lecteurs

  • Ce que ne vous dira pas l'état civil...

    • Merci de cet article. Les archives départementales de la Mayenne mettent en ligne les annotations ...

      Lire la suite...

       
    • Il faudrait consulter d'autres titres de presse... Voir sur presselocaleancienne.bnf.fr/.. ./ ...

      Lire la suite...

       
    • Ah mais je n'ai pas dit que les registres paroissiaux étaient muets eux ;-)

      Lire la suite...

tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg