25 décembre 1918. Premier Noël de paix.

Les hommes encore debout sont souvent encore au front. Ils attendent, hagards dans le silence effrayant après la tempête.

Premier maître timonier sur le cuirassé Vergniaud à la fin de la Première Guerre mondiale, Louis CAUSER est né le 5 mars 1875 au village de Bourigau, commune de Plœmeur (Morbihan). Trois sœurs, dont mon aïeule Adélaïde Amélie (1873-1899) et deux frères, nés du mariage du marin Yves CAUSER (né en 1843) et de la repasseuse Jeanne LE ROUX (1847-1896).

A Plœmeur (Morbihan), Marie Françoise GOUANNIC attend le retour de son mari. Un autre mal va emporter plus de personnes que la boucherie des tranchées. Louis CAUSER n'en reviendra pas... Il meurt le 25 décembre 1918 de la grippe à l'hôpital de Messine (Sicile).

Le cuirassé Vergniaud

Il repose sur le monument aux morts de Larmor-Plage, 4 lignes sous le nom de son neveu, Charles Bourdic.

 

Carte de voeu, 1916

 

Sources et liens

  • Illustrations : photographie du cuirassé - Ebay ; carte postale du soldat blessé et de l'infirmière - Archives communales de Saint-Germain-de-Prinçay
  • plusieurs posts sur le cuirassé Vergniaud
  • l'article de Wikipedia sur la grippe espagnole
  • la fiche de Louis CAUSER sur Mémoire des hommes
made with love from Fuerteventura

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir