Les archives des tribunaux de commerce sont conservées en série U pour la période antérieure à 1940. Aux archives départementales du Finistère, les documents sont conservés en sous-série 65 U, et classés par tribunal.

A messieurs les président et juge composant le tribunal de commerce de Quimper

Monsieur Pierre Le Flem, horloger demeurant à Audierne

A l'honneur d'exposer :

qu'il se voit dans la nécessité de cesser ses paiements ;

que cette situation malheureuse est due au manque absolu de pêche cette année dans le port d'Audierne après une autre année également désastreuse ;

qu'aucun reproche [?] ne peut lui être adressé et qu'il se croit donc fondé à invoquer le bénéfice de la loi du 4 mars 1889 ;

c'est pourquoi l'exposant conclut à ce qu'il vous plaise Messieurs

  • l'admettre au bénéfice de la liquidation judiciaire ;
  • nommer un juge commissaire et un liquidateur

et ce sera justice

Quimper, le 7 octobre 1903.

9 octobre 1903, jugement déclaratif liquidation Le Flem. A. Joncour avoué Quimper.

Le tribunal, après en avoir délibéré conformément à la loi

Vu la requête qui précède présentée par le sieur Le Flem, horloger, demeurant à Audierne,

Attendu que ledit sieur Le Flem est commerçant;

  • qu'il a cessé ses paiements depuis moins de quinze jours ;
  • qu'il est de bonne foi et n'a commis aucune faute lourde dans sa gestion ;
  • qu'il y a lieu dès lors de l'admettre au bénéfice de la liquidation judiciaire conformément aux articles 1 et 2 de la loi du 4 mars 1889

Par ces motifs

  • Ordonne la liquidation judiciaire des biens du sieurs Le Flem ;
  • Nomme Monsieur François Le Bihan, membre de ce tribunal, juge-commissaire de la dite liquidation et Monsieur Joncour, avoué à Quimper, liquidateur provisoire ;
  • [?] en frais privilégiés de liquidation judiciaire

Fait et jugé à l'audience publique du tribunal de commerce de Quimper du 9 octobre 1903 où siégèrent Messieurs Orzen [?], président, Moulin et Mo, juges, attestés de Monsieur G. Le Bihan, greffier.

 

Pierre LE FLEM (1857-1909) est né à Pontrieux dans une famille de commerçants, Joseph et Olive RICHARD. En 1884, il épouse la jeune factrice Marie Alexandrine LE GARS (1865-1928). Jusqu'en 1886, l'horloger tient boutique 10, place de la Liberté à Pontrieux. Puis le couple gagne le Finistère sud avec dans ses bagages la petite Louise. Ils s'installent au Guilvinec avant de changer de port. Direction Audierne. Deux mois avant la liquidation judiciaire, l'horloger marie sa fille Louise avec son apprenti Germain Le Brun (originaire du Guilvinec). Au début du XXème siècle, une nouvelle horlogerie sera ouverte à Lambézellec à côté de Brest. Pierre LE FLEM meurt (rue du cimetière...) le 27 avril 1909.

Histoire de mettre le compteur à égalité entre les ascendances paternelle et maternelle, les Archives commerciales de la France m'ont également permis de tomber sur... une faillite !

Les marchands de nouveautés et cabaretiers François Larivière - Camille Covez sont déclarés en faillite par jugement 5 juillet 1886 (source : les Archives commerciales de la France, 1886)à la suite de la poursuite d'un créancier.

Les archives départementales du Pas-de-Calais étant un peu éloignées, il faudra attendre pour aller fouiner en série U...

 

Sources

 

made with love from Fuerteventura

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir