Village de Sailles
 

 

Sur la route venant du Vernet-Sainte-Marguerite, au nord, après avoir passé Freydefond, le petit village de Sailles, qui surplombe la vallée et le bourg. C'est le berceau des MADEUF, cultivateurs et maçons.

 

Cimetière de Saint-Nectaire

En continuant la route vers le bourg, on débouche sur le cimetière. Particularité : les cimetières croisés dans le Puy-de-Dôme sont ostensiblement situés à l'extérieur du bourg, là où dans l'Ouest on les trouve plutôt à proximité de l'église. De nombreux noms connus sur les tombes, cousins probables ou croisés lors dans les registres en ligne. Mais il a fallu persévérer pour dénicher l'unique semble-t-il dénommé Burande : "Necteire Burande, décédé le 10 septembre 1881 âgé de 57 ans". Tombe Burande, cimetière de Saint-NectaireLe reste est effacé... C'est l'une des plus vieilles tombés du cimetière. En fait Nectaire, époux de Marie SABATIER, est décédé en 1880 comme en témoigne son acte de décès. Il est originaire du village de Sapchat, né le 30 mai 1824 de Jean et d'Antoinette CISTERNE. Son père est un cousin germain de Germain BURANDE (celui monté à Paris). Malheureusement, lacunes et erreurs de date dans les actes m'empêchent pour l'instant de le raccrocher aux branches.

 
Intérieur de l'église Saint-Nectaire
 

Perchée sur le mont Cornadore, l'imposante église romane de Saint-Nectaire, monument historique depuis 1840, domine les villas et les hôtels construits à la fin du XIXe-début XXe siècle, lorsque Saint-Nectaire-le-Bas se développait grâce au thermalisme. Ses arcades ont vu défiler un bon nombre de mes ancêtres jusqu'au début du XIXe siècle.

 

Mais revenons-en aux villages. Sapchat par exemple, charmant village au sud-ouest du bourg, dont est originaire le Nectaire BURANDE (celui du cimetière). Patronymes : BOHET, BURANDE (les père et grand-père de Germain BURANDE) et VIGINEIX (prononcer VIGINET).

SapchatSapchatSapchat - moulin à eau

En retournant vers le bourg de Saint-Nectaire, surtout ne pas hésiter à prendre la direction du village de Farges - non pas parce qu'une certaine Jacqueline VIVAT, épouse d'Henri MADEUF, y vivait en 1722, mais parce que les Mystères de Farges valent vraiment la visite : dans les grottes troglodytes où l'on affine aujourd'hui les Saint-Nectaire fermiers de la ferme Bellonte, un spectacle de sons et lumières bien ficelé fait revivre l'histoire millénaire des lieux et le secret de l'abbé Dubois, curé réfractaire (lire sur le Cercle généalogique de l'Aubière) - qui a accessoirement baptisé mes ancêtres. Enfin, la dernière grotte est une véritable machine à voyager dans le temps, avec la projection de photographies en stéréoscopie (relief) de 1902 à 1908, faites par un Saint-Nectairien monté à Paris. Magique et émouvant.

 

Grottes de Farges - Affinage du Saint-Nectaire

Et puis il y a Lenteuge, accroché sur les bords du plateau de Champille, où vivaient mes ancêtres BURANDE jusque dans les années 1830, et les GEUF / JEUF.

 
Lenteuge, Saint-Nectaire - Four à painLenteuge, Saint-NectaireLenteuge, Saint-NectaireLenteuge, Saint-Nectaire

 

Puis il a fallu laisser ce bout de terre dans le rétroviseur. De retour dans l'Ouest, je m'aperçois que j'ai oublié le dernier village de ma liste : Boissières, le village des BUXEROLLE ! Et qu'il reste du travail : rattacher la famille de la Ferme Bellonte à l'arbre, les noms gravés sur les tombes du cimetière - et notamment Nectaire BURANDE (1824-1880) ...

 

Sources et liens

Mise à jour du 2 septembre 2013 : lien entre Nectaire BURANDE (1824-1880), dont la tombe est dans le cimetière, avec mes ancêtres directs. Nectaire BURANDE, fils de Jean BURANDE (1796-1831), fils d'Antoine BURANDE (1760-1821), frère de Nectaire BURANDE (1758-1843) - père de Germain BURANDE (1795-1843/).

made with love from Fuerteventura

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir