tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg

Derniers articles

À propos

Généalogiste amateur et archiviste, j'ai créé le site Internet "d'Aïeux et d'Ailleurs" en 2007, afin de mêler recherches généalogiques, histoire, archives et numérique.

Les billets de blog, dont les plus récents sont accessibles ci-contre, sont regroupés en plusieurs rubriques : Ciel mes aïeux (portraits et articles consacrés à ma généalogie), Brèves d'archives (actes et découvertes insolites), La boîte à outils (méthodologie de recherches, outils numériques) et Dans la bibliothèque. Ces contenus sont également accessibles à partir de la frise chronologique ci-dessous. 

L'Arbre généalogique permet de naviguer, par branche, dans les données collectées. La partie Photothèque regroupe des photographies familiales. Enfin, la partie Ressources propose un ensemble de liens vers des contenus intéressants du point de vue de la généalogie (blogs, outils méthodologiques, actualités).

Pour rester au courant des publications, il est possible de s'abonner par mail.

Bonne visite !

 

Maïwenn Bourdic

Accès chronologique aux billets de blog

Parcourez la frise chronologique pour accéder aux articles du blog.

Etablir l'identité

 

GUTTON (Jean-Pierre), Etablir l'identité. Couverture

GUTTON (Jean-Pierre),  Etablir l'identité. L'identification des Français du Moyen-Âge à nos jours, Presses universitaires de Lyon, 2010.

De l'interconnaissance à la carte d'identité (beaucoup plus récente qu'on ne l'imagine puisqu'elle a été imposée à tous les plus de 16 ans par une loi du 27 octobre 1940), en passant par les armoiries, les sceaux, les seings, la progressive primauté du surnom (qui devient nom) sur le prénom, les livrets  de circulation, etc., Jean-Pierre GUTTON retrace dans cet ouvrage très fourni l'évolution du contrôle des individus qui s'affirme au fur et à mesure que s'asseoit l'Etat.

 

Au XVIème siècle, la tenue des registres paroissiaux, initiée par l'Eglise, est rapidement encadrée par la monarchie, comme en témoignent plusieurs ordonnances réitérant les exigences en terme de tenue, d'informations et de dépôt : Villers-Cotterêts bien sûr en 1539, mais également de celles de Blois en 1579, Saint-Germain-en-Laye en 1667, ou encore une déclaration royale spécifiquement consacrée aux registres paroissiaux en 1736.

Mais cette connaissance de l'identité ne se limite pas à ces documents souvent utilisés par les généalogistes, ou aux recensements de population. Identité et contrôle des individus sont indissociables, qu'ils soient au service de l'état (marins, militaires), ou considérés comme dangereux ou suspects... Cette police, initiée sous la Régence, se poursuit au XIXème siècle. Sont particulièrement surveillées les populations mouvantes : vagabonds et pauvres, gens du voyage, étrangers, ouvriers... Les garnis parisiens doivent même déclarer sous la Révolution leurs locataires ! Dans la seconde moitié du XIXème siècle,  les descriptions physiques traditionnellement écrites (taille, couleurs des cheveux et des yeux, corpulence, marques distinctives)  vont être complétées par deux nouveaux outils d'identification : la photographie et la dactyloscopie... c'est-à-dire l'étude des empreintes digitales.

Etablir l'identité des populations, c'est enfin évoquer les résistances à ce fichage, les réticences ne se manifestant pas uniquement à l'heure du fichage électronique.

Ouvrage très riche donc, évoquant une multitude de sources parfois peu connues. A défaut de le lire, vous pouvez écouter l'auteur dans l'émission 2000 ans d'histoire (France Inter) du 7 juin 2010.

Sources et liens

Mots-clés: bibliographie, vie quotidienne, politique

ImprimerE-mail

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Cartographie des articles

cartographie articles

Paroles de lecteurs

  • Ce que ne vous dira pas l'état civil...

    • Merci de cet article. Les archives départementales de la Mayenne mettent en ligne les annotations ...

      Lire la suite...

       
    • Il faudrait consulter d'autres titres de presse... Voir sur presselocaleancienne.bnf.fr/.. ./ ...

      Lire la suite...

       
    • Ah mais je n'ai pas dit que les registres paroissiaux étaient muets eux ;-)

      Lire la suite...

tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg