Pompiers de Contres

 

Comme lui, il eut une mort violente. Noyé dans le Cher en crue, j'y reviendrais un jour. Il portait sans doute plus la moustache que le collier de barbe, mais je ne sais pas où il est sur la photo des pompiers de Contres (si tant est qu'il y figure). Il fit sûrement son service militaire, mais ne fut sans doute pas général. Son père n'était pas noble, mais carrier à Bourré, et sa mère lingère. Quoiqu'il en soit, il s'appelait aussi Epaminondas.

 

Prénom rare. A tendance révolutionnaire. Il a surtout été donné aux alentours de la Révolution française et attribué à des esclaves affranchis à partir de 1848.

 
Epaminondas (signature)

Je ne sais pas d'où son père a sorti ce prénom. Mais il s'agit de mon arrière arrière grand père [sosa 24]. Fils de François PROUX et Adélaïde MOUZÉ, couple pour lequel je n'ai pour le moment que deux enfants : Epaminondas et un frère aîné, Léopold Marie Eugène.

Epaminondas Marie François PROUX, né le 28 mars 1866 à Bourré (Loir et Cher), marié à Anaïs MENEAU à Paris le 4 août 1894, retrouvé dans le Cher à Faverolles le 12 mai 1919. On le retrouve successivement garçon de laboratoire à Paris, puis jardinier. Il était peut-être pompier à Contres. Selon mon grand-père, il jouait du saxo ou de la trompette dans les bals populaires. Et d'après sa fiche matriculaire, il faisait 1 mètre 70, et était roux des yeux aux cheveux en passant par les sourcils.

 Sources et liens

  • > Archives départementales du Loir-et-Cher, acte de naissance de Bourré
  • > Photographie des pompiers : archives familiales

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir