Je m'en vais répondre à la question du pourquoi ? En vrac. Ca aurait pu être plus tôt. Pour de nombreuses raisons :

  • ma passion pour l'histoire depuis toute petite
  • mon goût pour les vieux papiers dans les greniers et les vieilles photos. Les pièces peut être aussi...
  • les interrogations sur les grands parents, qui passent souvent quand on est petit par "qu'est ce que vous avez fait pendant la guerre ?"
  • le fait d'avoir une grosse branche bretonne, et donc comme on est tous cousins... Plus sérieusement, les cousins éloignés sont parfois plus proches que les germains. L'un des cousins que je connais le mieux est cousin à la 4ème génération, et je le connais depuis... pfuit... euh 20 ans ou presque. Alors forcément, il fallait qu'on nous explique plusieurs fois le pourquoi du comment on était cousin.
  • les silences, les secrets et tout ce mes grands parents m'ont raconté... Et les coïncidences, du genre mes deux arrières grands parents paternels qui étaient à quelques mois à peine d'intervalle en Algérie, dans le même lieu, sous le même commandement, les légendes qui passent les générations, et qui parfois se révèlent vraies
Sainte Barbe, Le Faouët

Suffisamment de raisons pour que tomber dedans petite, ou plus jeune. Mais ça n'a pas été le cas. Parce que pendant l'adolescence j'avais d'autres préoccupations (ma crise d'adolescence) et l'idée de le faire ne m'a jamais traversé l'esprit. Bref, le déclic a eu lieu pendant l'été 2004. Ma grand mère paternelle dont je suis très proche m'a offert un supplément de dimanche Ouest-France : un arbre généalogique en A3. Et nous nous sommes amusés à le remplir... Et depuis je continue.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir