tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg

Derniers articles

À propos

Généalogiste amateur et archiviste, j'ai créé le site Internet "d'Aïeux et d'Ailleurs" en 2007, afin de mêler recherches généalogiques, histoire, archives et numérique.

Les billets de blog, dont les plus récents sont accessibles ci-contre, sont regroupés en plusieurs rubriques : Ciel mes aïeux (portraits et articles consacrés à ma généalogie), Brèves d'archives (actes et découvertes insolites), La boîte à outils (méthodologie de recherches, outils numériques) et Dans la bibliothèque. Ces contenus sont également accessibles à partir de la frise chronologique ci-dessous. 

L'Arbre généalogique permet de naviguer, par branche, dans les données collectées. La partie Photothèque regroupe des photographies familiales. Enfin, la partie Ressources propose un ensemble de liens vers des contenus intéressants du point de vue de la généalogie (blogs, outils méthodologiques, actualités).

Pour rester au courant des publications, il est possible de s'abonner par mail.

Bonne visite !

 

Maïwenn Bourdic

Accès chronologique aux billets de blog

Parcourez la frise chronologique pour accéder aux articles du blog.

Parlez-vous généalogie ?

Everybody's jargoning. On m'a reproché lors d'une soutenance de jargonner breton. Baragouiner plutôt. Aujourd'hui, déformation professionnelle et généalogique obligent, je continue de jargonner (beaucoup moins que mon frère ). Petit guide de conversation avec un généalogiste.
AD : Archives départementales. Sigle généralement suivi du numéro du département. C'est l'élément clé du réseau archivistique français. Par extension, on parle d'AD en ligne. Coordonnées des Archives départementales disponibles sur le site de la DAF. Les AD sont une compétence obligatoire des Conseils généraux ; cependant le directeur des AD est un fonctionnaire de l'Etat, mis à disposition de la collectivité territoriale.
 
AM : Archives municipales. En théorie on devrait dire AC pour Archives communales. On y trouve les archives de la commune, l'état-civil, le cadastre, etc. Coordonnées des Archives communales / municipales disponibles sur le site de la DAF. L'existence d'AC ou AM dépend en général de la taille de la commune.

AN : Archives nationales. La vieille reine, créée par l'assemblée constituante le 12 septembre 1790. Ce sont les archives des organes centraux de l'Etat (ministères, présidence, etc.). Aujourd'hui les AN recouvrent 3 centres "Archives nationales" :
AR : celles qu'on ignore, les plus jeunes : les Archives régionales. Elles collectent les archives du Conseil régional. Coordonnées des AR disponibles sur le site de la DAF.

Archives : "l’ensemble des documents, quels que soient leur date, leur forme et leur support matériel, produits ou reçus par toute personne physique ou morale et par tout service ou organisme public ou privé dans l’exercice de leur activité." Quand on dit archives, on pense vieux papiers, mais on désigne aussi le lieu de conservation et le service qui collecte et communique.

B.M.S. : Baptême, mariage, sépulture, abrégé en général par ° (baptême), x (mariage), + (sépulture). Ce sont les actes contenus dans les registres paroissiaux. Mais naturellement, il n'y a pas toujours un registre baptême, un mariage, un décès. Ce serait trop simple. Le généalogiste est alors partagé entre la joie de parcourir un registre où les noms sont annotés en gros dans la marge, et la rage contenue devant les pages entières où parfois les actes s'enchaînent avec pour seule séparation l'autographe gribouillé d'un curé. Il existe quelques fois des tables annuelles dans les registres paroissiaux, mais personnellement je compte rarement dessus, en particulier pour être tombée à plusieurs reprises sur une indexation par prénom... Amusez-vous à chercher votre Marie X parmi toutes les Marie de l'année... A partir de 1792 apparaît une autre source d'état civil : les registres d'état civil et les NMD.
CAOM : Centre des archives d'Outre mer, situé à Aix. Centre qui conserve d'une part les archives des ministères chargés des colonies françaises du XVII au XXe siècle, et d'autre par les archives transférées des anciennes colonies au moment de leur indépendance (sauf les archives de gestion, restées sur place).

CARAN : Centre d'accueil et de recherche des Archives nationales. Autrement dit la salle de lecture des AN. Belle, spacieuse. Désamientée normalement.

CHAN : non il ne s'agit pas de l'hymne des généalogistes à l'orthographe amputée. Centre historique des archives nationales, rebaptisé aujourd'hui Archives nationales, site de Paris, dans le Marais, coincé entre les rues Quatre Fils, Vieille du Temple, rue des Francs-Bourgeois et rue des Archives naturellement.

Cote : sans ^. Elément numérique ou alpha-numérique permettant d'identifier et de ranger un document. Comme dans une bibliothèque, c'est ce qui permet de demander un document d'archives dans un service d'archives.

GEDCOM : GEnealogical Data COMmunication. The format, développé par les mormons. Fichier en texte de données généalogiques, reconnus par tous les logiciels, et qui permet donc l'échange et la lecture des données. Un GEDCOM XML 6.0 existe, mais peu de logiciels aujourd'hui peuvent le lire, y compris les dernières versions Geneatique ou Heredis...

Héraldique : étude des blasons. Pour le moment j'en ai trouvé un, celui des Gallery, paroisse de Saint-Front, survolé des expressions qui demanderaient quelques approfondissements... azur, de gueules, senestre...
Histoire : l'histoire a besoin d'archives. C'est comme ça que j'ai commencé la recherche historique ou généalogique. Mais les archives ont également une histoire.

Implexe : nous sommes paraît-il presque tous descendants de Charlemagne. Diantre ! Donc tous cousins ou presque. Si cette affirmation me passe un peu au-dessus, j'ai naturellement trouvé un peu de consanguinité dans ma foule d'ancêtres... Le taux d'implexe est le rapport entre le nombre réel d'implexe et le nombre théorique d'ancêtres. En cette fin de janvier, j'ai un peu moins de 4% d'implexe à la 9e génération, mais il me manque quelques individus encore...

Instrument de recherche : "Outil papier ou informatisé énumérant ou décrivant un ensemble de documents d'archives de manière à les faire connaître aux lecteurs. Typologie des instruments de recherches, du général au particulier : états des fonds et guides, états sommaines et états des versements, répertoires méthodiques / numériques et bordereaux de versement, inventaires sommaires / analytiques, catalogues, inventaires-index."

N.M.D. : Naissances (°), mariages (x), décés (+), équivalent post 1792 des BMS. Mes préférés : les registres d'état civil. Une mine d'informations : âge, lieu de naissance, métier, parents, témoins, les contrats de mariage s'il y en a, etc, les mentions marginales à partir de la fin du XIXe, etc. A la fin du registre d'état civil figure une table annuelle répertoriant tous les actes par ordre alphabétique.

Paléographie : étude des écritures anciennes. Utile pour déchiffrer les pattes de mouche des curés, les patronymes bizarres ou les métiers disparus.
SHD : Service historique de la défense. Les archives de la Défense sont gérées par le ministère, et non par le ministère de la Culture, avec 8 centres en province (notamment archives maritimes). Le site Internet parlera mieux que moi ; wikipedia également.
SIAF (ex DAF) : Service interministériel des Archives de France (ex Direction des Archives de France). Service du ministère de la Culture chargée de la politique archivistique ; elle a un rôle "de conseil d'incitation, de règlementation, d'évaluation et de contrôle en ce qui concerne la collecte, le tri, le classement, la description, la conservation et la communication [...] des archives publiques".
Sosa : invention de Jérôme de Sosa, au XVIIe siècle, pour numéroter les ascendants, reprise deux siècles plus tard par Stephan Kekulé van Stradonitz. Le principe est simple, et très pratique.
Schéma sosa 

TD : Tables décennales. L'invention du siècle (fin XVIIIe). Il s'agit de l'indexation des actes d'état civil d'une commune sur une période de 10 ans. Les actes sont classés par type (naissance, mariage, décés) puis par ordre purement alphabétique ou alpha-chronologique (naissance de tous les B en 1813, tous les B en 1814, tous les B en 1815...).

Mots-clés: Méthodologie

ImprimerE-mail

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Paroles de lecteurs

  • Comment mon aïeul a manqué être estourbi par un boucher

    • Très intéressant à lire un article pareil. merci pour le partage.

      Lire la suite...

  • Inscription maritime et généalogie

    • Bonjour Il faudrait soit consulter les archives de l'inscription maritime de la côte proche de son ...

      Lire la suite...

  • Morts pour la France

    • Bonjour Je recherche Cyprien Hugon, fils ainé de Raoult Hugon né dans le Gard.

      Lire la suite...

tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg