Tourne, tourne, petit moulin...

Publié le .

J'ai croisé un certain nombre de meuniers lors de mes recherches généalogiques, notamment dans le Loir-et-Cher au XIXe siècle. Il y a quelques années, j'avais fait des reproductions de pièces concernant ces moulins aux Archives départementales du Loir-et-Cher, photographies qui dorment paisiblement sur mon disque dur depuis...

En découvrant l'inventaire détaillé F/20 des Archives nationales consacré aux enquêtes sur les moulins à blé de l'an II, l'an X et 1809 (pour en savoir plus, voir sur le site l'article M comme Meunier, tu dors...), j'ai repensé à ces moulins solognots. Le contenu du dossier "Loir-et-Cher ne m'a pas déçu : il contient un rapport très détaillé sur les moulins de l'arrondissement de Romorantin en l'an II. Exactement la zone qui m'intéresse.

 

Malheureusement, la présence de ce type de rapport est loin d'être systématique, certaines circonscriptions administratives ayant répondu de manière très succincte, voire pas... Juste pour le plaisir : la (non) réponse des administrateurs du district de Quimper (Finistère), à l'enquête nationale.

Mais revenons-en au Loir-et-Cher. "Mes" meuniers sont présents sur quatre communes, et certains flirtent avec la période de l'enquête de l'an II (1793-1794) :

Il faudrait par ailleurs que je jette un oeil sur le dossier du Loiret voisin : Charles Roulet (1722-1793) est meunier à La Ferté-Saint-Aubin en 1793, date de sa mort (et de l'enquête sur les moulins à blé).

 

Le rapport des administrateurs du district de Romorantin détaille pour chaque commune le nombre et l'état des moulins, leur situation géographique, le type de production, les contraintes qu'ils rencontrent, notamment d'ordre météorologique. On y apprend entre autre chose qu'on consomme du sarrasin en Sologne, que les sécheresses, glaces et crues perturbent l'activité des moulins de nombreuses semaines dans l'année, ou encore que l'axe principal de communication du coin est la route Orléans / Toulouse !

Voici par exemple ce qui y est rapporté pour les moulins des ancêtres mentionnés ci-dessus.

 

Moulins à eau de Chaumont-sur-Tharonne : "Cette commune chef lieu de canton a 7 moulins : 4 sur la rivière de Beuvron et 3 à Choiseau sous étang dans lesquels passent des petits ruisseaux et rivières. Ces moulins servent tant pour la commune de Chaumont sur pour celles d'Ivoy, Tremblevif, La Mothe, Vouzon, Nouan, Neung et Saint Aubin. Dans quelques unes de ces communes il n'y a poin de moulin. Ils ne sont éloignés de la grande route de Toulouse que d'une lieue pour les uns et une lieue et demi pour les autres. Trois de ces moulins dont un à Choiseau sous étang et deux sur la rivière peuvent moudre un quintal et dmei à l'heure en bonne qualité de farine. Dans les grandes sécheresses ils manquent d'eau et leur ouvrage et souvent interrompu par les glaces et les réparations auxquelles ils sont souvent sujets surtout ceux situés sur la rivière."

Moulins à eau de Montrieux (Thielay et la Gauchère) : "Deux autres moulins à eau sur une petite rivière font aussi de belles farines, à peu près 10 quintaux par douze heure pesant 1000 livres poids de mare. Les eaux de cette rivière sont quelques fois dangereuses par leurs crues subites ce qui cause du retard au travail de ces moulins. Quelque fois aussi l'ouvrage de ces moulins est interrompu par les réparations qu'il convient d'y faire. Leur situation est bien à portée de la commune de Montrieux et de plusieurs autres qui l'avoisinent mais ils sont très éloignés des grandes routes."

Moulin Corbeau (Mur-de-Sologne) : "Situé sur le même ruisseau que celui de l'Astreze. Il est mieux construit que les deux autres. Il est sujet aux mêmes inconvénients [glaces et sécheresse]. Il peut faire un quintal."

 

Moulins de Neung : "Cette commune chef lieu de canton a 7 moulins : 4 sur la rivière de Beuvron et 3 à Choiseau sous étang dans lesquels passent des petits ruisseaux et rivières. Ces moulins servent tant pour la commune de Chaumont sur pour celles d'Ivoy, Tremblevif, La Mothe, Vouzon, Nouan, Neung et Saint Aubin. Dans quelques unes de ces communes il n'y a point de moulin. Ils ne sont éloignés de la grande route de Toulouse que d'une lieue pour les uns et une lieue et demi pour les autres. Trois de ces moulins dont un à Choiseau sous étang et deux sur la rivière peuvent moudre un quintal et demi à l'heure en bonne qualité de farine. Dans les grandes sécheresses ils manquent d'eau et leur ouvrage et souvent interrompu par les glaces et les réparations auxquelles ils sont souvent sujets surtout ceux situés sur la rivière"

 

J'ai fait une tentative de localisation des moulins à l'aide des cartes Cassini et de l'état major, des 84 moulins mentionnés en l'an II pour l'arrondissement de Romorantin, avec pour chacun la transcription du rapport détaillé. À la fin du XIXe siècle, la plupart avaient cessé de tourner...

 

Voir en plein écran

 

Il ne reste plus qu'à me replonger, pendant que le sujet est un peu frais dans ma tête, dans les photographies des liasses d'archives faites aux Archives du Loir-et-Cher, notamment sur le moulin Corbeau (Mur-de-Sologne). De souvenir, il y avait même des croquis !

 

Pour aller plus loin...

Imprimer