tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg

Les vies d'Annette

burande annette quartier[Billet inachevé, en chantier permanent]

J'ai rencontré Annette pour la première fois il y a près de 15 ans, via Anaïs, sa fille. Annette est née un 21 janvier, en 1853, dans la ville où j'habite depuis plusieurs années maintenant. Elle est naît sur l'autre rive, quartier de la Sorbonne (rue Saint-Jean-de-Beauvais) ; Antoine le père est maçon, Anne Malié la mère est couturière. Tous deux sont issus de familles d'auvergnats montés à Paris dans les années 1830-début 1840, Saint-Nectaire côté père, Issoire, côté mère. Annette est la troisième enfant du couple, après Anne (1846-1883), Jean Germain (1849-1849), et avant Etienne (1854-1919) et Jeannette (1856-1931).

 

Annette a fêté ses 18 ans sous les bombardements prussiens (voir Il y a 150 ans : la Commune de Paris). Le 7 février 1874, elle épouse dans la mairie du 1er arrondissement un mécanicien tout juste plus âgé qu'elle : Aristide Charles Théodore Meneau. Le couple s'installe rue Saint-Martin. Annette travaille aux halles, comme sa mère, ses soeurs et beaucoup de proches qui apparaissent furtivement aux détours des actes. Anaïs, la fille aînée, naît le 16 mai 1875 rue Saint-Martin, suivie tout juste un an après par Denise (née le 9 mai 1876). Elles se suivront jusqu'au bout, mourrant à 6 mois d'intervalle en 1950, toujours à Paris. La famille vit au 3 rue Pirouette (voir Rue Pirouette), en face des Halles de Paris. Aristide Charles meurt brutalement à 27 ans, laissant une veuve de 25 ans et deux petites filles de 3 et 2 ans. Maladie ? accident ? À creuser, peut-être en commençant par sa réforme de la conscription...

Imprimer E-mail

Rennes, 1721 : relevé nominatif du rôle de la capitation

Partie de l'incendie de la Ville de Rennes Musée de Bretagne 956.2.68

"À Rennes, rien ne prend, sauf le feu."

Il y a fort longtemps que j'ai laissé de côté mes branches généalogiques rennaises (et leurs blocages)... ce qui ne m'empêche pas de garder dans un coin de la tête le souvenir que procure la lecture si poétique des rôles de la capitation (XVIIIe siècle), disponibles le site Internet des Archives municipales de Rennes. Tout comme j'ai gardé dans un coin de mon esprit le projet saugrenu d'indexer nominativement entièrement le rôle de la capitation de 1721, qui suit immédiatement le grand incendie des 22 au 27 décembre 1720. Aucun dépouillement n'a, à ma connaissance, été réalisé jusqu'à présent sur ce document (en tout cas pas par des généalogistes). L'idée est intéressée : je bloque sur le couple Jean Richard, cordonnier, et Jeanne Descamps (un enfant en août 1726) et sur Pierre Grezel (Gresel/Gressel) et ses homonymes (une fille née en 1724).

 

Imprimer E-mail

Naissance posthume

Tomber sur des enfants posthumes, lors de recherches généalogiques, est un phénomène relativement "fréquent" au regard de l'espérance de vie quand on remonte dans le temps... Mais le cas de Jan Loho reste pour moi une première !

Le nouveau-né (mon ancêtre à la 11e génération) naît à Port-Louis (Morbihan) le 12 juin 1681. C'est le dernier (d'une fratrie que je n'ai pas encore entièrement identifiée) né du couple Jullien Loho et Radegonde Le Bihan, mariés vers 1670 à Riantec. Dernier ... car son père meurt le 13 novembre 1680 à Nostang. Soit 8 mois environ avant la naissance. Si tant est qu'il soit le véritable père biologique, sa vie (et le fait que j'écrive ces quelques lignes trois siècles plus tard) ne tient finalement qu'à très peu de choses ! Jan Loho est donc dit, lors de son baptême, être né du légitime mariage de "déffunt Jullien Loho et Radegonde Le Visage".

 

Imprimer E-mail

Il y a 150 ans : la Commune de Paris

damnes commune t2 couvertureParmi les plaisirs et les curiosités de la quête généalogique, il y a la rencontre entre la grande Histoire et les petites, celles des parcours individuels et familiaux, les frottements et les impacts de l’une sur les autres.

Dès le début de mes recherches, des bribes d’histoires transmis par mes grands-parents ont dessiné les contours des certains évènements : Seconde Guerre mondiale, Première Guerre mondiale… Mais quid d’avant, dans ce long et passionnant XIXe siècle ? Étonnamment, j’en sais plus jusqu’ici sur la présence de deux ancêtres dans les troupes françaises qui prennent part à la guerre d’indépendance américaine que sur des épisodes historiques plus proches.

Alors en cette période de commémoration de la Commune de Paris, l’envie d’en savoir un peu plus (au-delà du rafraîchissement des très vagues cours de fac d'histoire sur le sujet) me titille... Pour commencer, rien de tel qu'un magnifique roman graphique : Les Damnés de la Commune (un régal pour l’archiviste généalogiste que je suis et pour les yeux).

 

Imprimer E-mail

Ainsi signent-elles...

signatures article lecoqLa lecture de l'article "Patriarcat patronymique" de Titiou Lecoq est l'occasion de publier un article qui traine dans ma tête depuis des années : le nom par lequel les femmes signent. 
La signature est souvent utilisée en généalogie pour illustrer la fiche d'un individu, surtout lorsqu'on remonte le temps et que les photographies font défaut. Malheureusement, plus on grimpe dans les branches, moins elles sont nombreuses à potentiellement signer, alors même qu'on déniche côté mari, frères, père, parrain, quelques griffes tracées d'une main plus ou moins assurée. Sur les 205 signatures collectées jusqu'à présent, un tiers seulement concerne des aïeules. On voit bien dans l'éventail généalogique ci-dessous qu'on a généralement une ou deux générations d'hommes qui signent avant la disparition des marques au bas des actes.

Imprimer E-mail

tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg