tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg

Joseph Gallery (1763-1835) face à la Révolution, épisode 2

AN F 7 5456 gallery 2Comment appréhender ce fabuleux dossier de 30 pièces (près de 60 vues), n'omettre aucune information, ne pas s'embrouiller dans la chronologie (parce que forcément, c'est daté avec le calendrier républicain), et comprendre quelque chose à l'enchaînement des pièces et la procédure complexe.

Immédiatement, j'ai commencé à faire :

  • une liste des documents,
  • un peu de bibliographie pour avoir quelques connaissances sur le contexte,
  • une transcription partielle, pas totale car le contenu n'en vaut pas toujours la peine,
  • et à m'organiser, aussi bien pour relier les documents entre eux (on le verra, certains sont des pièces justificatives citées dans d'autres) que pour identifier les pistes de recherche à en extraire.

En vérité, je n'ai privilégié aucun ordre dans ces tâches. Tout a été fait un peu simultanément, selon la disponibilité de temps (15 minutes de métro, 3h de train, long time sur le canapé rouge), de matériel sous la main (ordinateur, smartphone ou tablettes) et d'esprit (concentration ou envie de picorer). Le tout en tâchant de centraliser et synchroniser les contenus créés dans le Cloud, car, période estivale aidant, j'ai été un peu nomade depuis cette découverte.

Imprimer E-mail

Joseph Gallery (1763-1835) face à la Révolution, épisode 1

AN F 7 5456 gallery 4

D'abord les émotions.

Fébrilité, quand j'ai trouvé son nom dans l'inventaire : Joseph Marie Julien GALLERY. Malgré la "banalité" des prénoms, il n'y a aucun doute à avoir, surtout quand son dossier figure dans la partie Département : Orne.

Excitation, quand j'ai eu le dossier entre les mains. Il était assez épais, et ce n'était pas juste à cause du papier chiffon. À vue d'oeil : une cinquantaine de pièces.

Impatience et gourmandise, en commençant à lire les documents en diagonale. Comme toujours dans un dossier d'archives, le début de l'histoire se trouve à la fin, du fait de l'empilement des pièces de procédure. "Oh, un certificat d'embarquement !", "waouw un certificat de garde nationale !"... mais les rapports qui récapitulent la situation sont en début de dossier. De quoi perdre ses moyens et ses velléités de traiter ça de manière rationnelle. Prendre le temps de lire ? Non. Oui. Il faut faire vite. Des photos au téléphone, rapidement. "Non, cest tout flou, ça sera inutilisable". Respirons. Prenons le temps de faire une numérisation correcte et haute définition. En lisant un peu quand même...

Frustration, quand en lisant au calme un rapport, un peu plus ard, j'ai découvert des informations qui, connues il y a 4 ans, auraient pu me permettre de faire de supers recherches à Rennes, où j'habitais, alors que je suis désormais à Paris.

Sourire, quand mentalement je repositionne le bonhomme dans mon arbre. C'est l'arrière-arrière-grand père d'Onésime (relire la saga Onésime).

Imprimer E-mail

Contrats de mariage parisiens (XIXe siècle)

AN MC RE ET 82 26La mise en ligne de corpus d'archives numérisées favorise l'émergence de nombreux projets d'indexation collaborative, qu'ils soient pilotés par les services d'archives eux-mêmes ou à l'initiative de particuliers (comme par exemple l'incontournable 1 Jour 1 poilu).

Personnellement, en matière d'indexation collaborative, je suis plutôt adepte de ce qui peut être rapide, efficace, voire qui peut être fait un peu machinalement, sans réfléchir. Essentiellement pour des questions de temps disponible. Depuis deux ans, je m'attèle donc patiemment au dépouillement des répertoires chronologiques des notaires de Paris (XIXe siècle). Le relevé avance doucement... Mais j'aime à croire que mon travail de fourmi, à moi et aux autres, me permettra peut-être de trouver un acte notarié me permettant de débloquer ma branche parisienne. C'est ça ou l'épluchage des répertoires des notaires plus ou moins "environnants",chemin de croix que j'arpente de temps à autre.

Imprimer E-mail

Bilan 2016 : une année de généalogie

2016, petite année généalogie mais grosse année para-généalogie-archivistique (articles pour la RFG, datasprint, Geneatech).

Finalement j'ai tenu le rythme du blog, réussi à faire le challenge de A à Z malgré un emploi du temps surchargé. Et l'air de rien, je continue mon bonhomme de chemin de vérification des actes engrangés depuis 10 ans : correction et enrichissement des dates, profession, résidence, signature, patronymes aux orthographes variables, saisie des intervenants, ... En 2016 j'ai enfin rajouté - chose que je voulais faire depuis longtemps - les articles du blog comme Source pour les individus concernés.

Voici donc venue l'heure du bilan... sous la forme d'une infographie, comme en 2015.

Liens

 

Imprimer E-mail

Quand le marchand de pipes... la casse

pipe en terre artoisAu milieu des innombrables balotteurs et manouvriers de Givenchy-en-Gohelle (Pas-de-Calais), il y a une autre profession qui apparaît souvent : les marchands de pipes ! C'est ce que j'ai découvert en cherchant le décès de mon ancêtre Charles Guislain. 

Son acte de sépulture le dit décédé à Lens et inhumé à Givenchy-en-Gohelle le 17 avril 1775. L'acte précédant immédiatement le sien est également celui d'un décès de marchand de pipes, Séclestin Crestal, 54 ans. Deux marchands de pipes qui cassent leur pipe en même temps, c'est un comble...

En tâchant d'en savoir plus sur cette profession, je suis tombée sur un très intéressant message du forum GENNPDC : il y a bien une surconcentration de ces marchands dans la paroisse, liée à l'existence d'un filon d'argile et d'une petite fabrique de pipe.

Alors je les ai relevés dans la dizaine de pages du BMS de 1775 : on trouve donc Seclestin Crestal, Séverin Leroux, Joseph Huleux, Pierre François Huleux, Martin Briquet et Charles Guislain Briquet (mon ancêtre).

Briquet oui... c'est aussi le nom de mon ancêtre Charles Guislain, marchand de pipes...

 

Liens et sources

Imprimer E-mail

tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg