Ces derniers temps, Archives départementales du Morbihan en ligne aidant, j'ai découvert que mes aïeux morbihanais étaient atteints d'une maladie fort répandue dans les terres du milieu (du département) : la mathurinoïte aiguë ! Rien à voir avec l'épidémie Bonne-Augustine de Givenchy-en-Gohelle.

Trois Mathurin ont fait leur apparition dans mon ascendance directe, sans compter les Mathurin et Mathurine juniors.


Mathurin Guillard

Du côté de Plaudren (ou environs), Mathurin ELIZANO, né vers 1700, époux de Catherine LE LUHERN. [sosa 528].

Du côté de Moréac, Mathurin GUILLARD, journalier, né vers 1785 à Moréac, y décédé le 4 janvier 1850, époux d'Anne JOANNO. [sosa 156].

Du côté de Kervignac, Mathurin LE MESTRIQUE, époux de Michelle JAFFRE. [sosa 1178].

Sans compter Remungol, où Jérôme GUEGAN et Vincente GUILLEMET [sosa 318 et 319] ont donné naissance à Mathurin GUEGAN le 24 février 1789.

Saint-Mathurin, guériseur des fous, patron des bouffons. Etaient-ils fous ou joyeux drilles ? Il est vrai que le pèlerinage de Saint-Mathurin en Quistinic n'est qu'à une trentaine de kilomètres en moyenne...

Dans les environs, il y a également une "mine" de Bily. Nom, prénom, ou village. J'ai même trouvé un Bily Bily, du village de Saint-Bily ! Au début, il semblait atypique mon Bily ELIZANO (1740-1804) [sosa 264] : pas très couleur locale le prénom. Mais une fois trouvé Saint-Bily en Plaudren, je n'ai pu que m'incliner. Le saint aurait été décapité par les Normands en 913 dans le village qui a pris son nom, et aurait regagné le bourg sa tête sous le bras.

Sources et liens

  • > Archives départementales du Morbihan, registres paroissiaux

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir