tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg

Geneviève

297 george signGeneviève, je t'ai rencontrée il y a longtemps, lorsque que j'étais une padawan en généalogie. Tu n'étais plus plus de prime jeunesse ; tout juste veuve, tu mariais ton fils. Après deux ans en mode brouillon et notes éparses, il est plus que temps de publier cet article, en profitant du Généathème pour remettre à plat les choses, refaire les recherches dans les bases . Bref, que je raconte enfin notre histoire qui me tient à coeur et en haleine depuis 2007.

Dès le début, tu as joué les originales. Pour commencer, c'est ton acte de décès que j'ai trouvé en premier. Chose rare en terme de recherche généalogique. Et quel acte de décès !

... nous ont déclaré que Geneviève George, âgée de 77 ans, demeurant à Trescalland, en cette commune [Guérande], fille de feus Nicolas George, cordonnier et de Claudine Gorre, veuve de Joseph Lepinne, ancien employé des fermes...

Heureusement que j'avais réussi à remonter la généalogie de ton douanier de mari AVANT de tomber sur cet acte, sinon j'aurais foncé tête baissée et fait une grossière erreur. La Claudine Gorre mentionnée sur l'acte, ce n'était point ta mère, mais ta belle-mère !

ImprimerE-mail

Catherine, Marion et Guillo, saunier de Sarzeau

marion faouet telefilm1997, à l'heure où une jeune pré-ado commence à ronger méchamment son frein dans sa quête de modèles et d'exemples féminins historiques, une héroïne en jupons, flamboyante rousse, incarnée par Carole Richert, débarque en téléfilm sur une chaîne de service public. Le tout en Bretagne, alors que sa fibre patriotique n'a jamais été plus ardente que ces années-là vécues à l'Est.

Marie Louise Tromel, alias Marion du Faouët, née en 1717 au Faouët (Morbihan), brigande fuyant la misère, écume les chemins et les foires du Centre Bretagne dans ces années 1740 aux hivers rudes et aux ventres creux. Marquée au fer rouge du V de voleur en 1747, arrêtée et jugée plusieurs fois, elle finit par être condamnée à mort (pendue) après avoir été "soumise à la question" (aka torturée) en 1755 à Quimper.

 

ImprimerE-mail

Bilan 2015 : une année de généalogie

2015 a été une bonne année généalogiquement parlant. Pour le reste, c'est plus mitigé, du bon, du très bon, du très mauvais, du mauvais. Voici donc venue l'heure du bilan... sous la forme d'une (la première !) infographie, pour changer de l'habituelle liste à la Prévert. Pas d'inquiétude : en 2016, on remet ça !

Liens

 

ImprimerE-mail

Pensée

6 proux louis 1944Simone Mariton (1922-2012)

je termine en tembrassant bien fort et de tout coeur

ton petit bonhomme

Louis

[Lettre à sa "petite femme chérie", [1948], Asnières]

 

 

 

 

Louis PROUX (1920-2015) - Irma dite Simone MARITON (1922-2012)

Parce que la généalogie, c'est aussi en partie à cause de non dits, de silences, de bribes de commencement de choses évoqués quasi furtivement et sans trop de détails, d'une famille entière et de lieux à s'approprier un peu, de regards qui pétillent, et de ma curiosité piquée.

 

Sources

  • Archives familales, photographies de 1943 ou 1944

 

ImprimerE-mail

Oceano nox, ou la famille Biguais décimée

D'abord il y eut les dates de décès. 14 janvier 1869, trois fois, pour trois frères. Puis les circonstances : "trouvé sur la grève", "jeté par la mer", ""econnu comme marin". Et bien sûr il y eut les noms : François Marie, Louis Marie, Jean Pierre Marie, 13 ans, 17 ans, 33 ans, tous trois fils de Jean Joseph LE BIGUAIS, dit "ar Gall". 
 
Table décennale de Treffiagat, décès 1863-1872 (AD, 5E293)
 
 

ImprimerE-mail

tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg