Instaurée en 1695, la capitation est un impôt prélevé sur l’ensemble de la population, exception faite des plus pauvres et de certains ordres religieux. La population est répartie en 22 classes (tranches d’imposition), selon son rang et sa classe sociale. En dehors de l’aspect fiscal, les rôles de la capitation sont d’un grand intérêt pour la généalogie : sont recensés, rue par rue, tous les individus assujettis à l’impôt, avec indication de leurs nom, prénom, surnom le cas échéant, et profession. Une sorte de recensement de population à la sauce XVIIIe siècle.

AMR CC745 capitation 1760

 

Document fort utile trouvé aux Archives de Rennes : la description des 20 classes d'imposition (les deux premières classes : princes du Sangs, ministres et maréchaux étant sans objet pour la province de Bretagne).

 

AMR CC628 extrait

Voir le fichier complet (pdf)

 

Source et liens

Le Challenge de A à Z est de retour en ce mois de juin ! Le principe est toujours le même : à chaque jour sa lettre de l'alphabet et son article. Le dimanche, c'est repos (enfin, fignolage des articles à venir et lecture de la semaine écoulée).

 Challenge de A à Z (2014)

 

Cette année, vous êtes conviés à un Tour de France généalogique. Comme tout Tour qui se respecte, il déborde un peu des frontières. Le fil rouge géographique pourrait sembler un peu rébarbatif... En fait c'est un merveilleux prétexte pour une multitude de choses :

  • - mettre en ligne de l'iconographie (j'ai fait un casse de cartes postales anciennes - bien sûr un peu folklorique et déformant la réalité, comme toute carte postale - chez Delcampe) ;
  • - faire des mini listes-éclairs, voire susciter de nouveaux cousinages en faisant tilt chez certains ;
  • - enrichir un peu les fiches Individus de l'arbre en ligne ;
  • - mettre à profit ces petits savoirs inutiles développés à force de généalogie : connaître parfaitement ses numéros des départements, savoir localiser une commune de 1 000 habitants au fin fond de l'Auvergne où je n'ai jamais mis les pieds, etc.

Au fond, nous sommes tous le fruit de migrants, en mal de travail ou fuyant la guerre et la faim...

Autant dire que le choix du circuit n'a pas été des plus faciles. Trouver des communes dans l'ordre alphabétique, c'est une chose, tâcher de représenter aussi proportionnellement que possible la vingtaine de départements rencontrés au cours de mes recherches généalogiques en est une autre. D'autant que j'ai déjà grillé le U l'année dernière...

Un jour, une étape donc, qui s'ajoutera sur la frise et la carte ci-dessous. Pour plus de détails, cliquer sur le nom du lieu ci-dessous.

Sur ce, il est l'heure de prendre la route !

Amettes > Beuzec-Cap-Caval > Contrexéville > Domfront > El-Harrach > Fondial > Gavray > Hérisson > Issoire > Jersey > Kérity > La Benâte > Morannes > Neung-sur-Beuvron > Orbigny > Paris > Quimperlé > Rougeou > Séné > Tréguier > SarzeaU > Valençay > NieuWpoort > Saint-Léger-MagnazeiX > Yvoy-le-Marron > BatZ

 

 

 

Sources et liens

  • > Suivre l'édition 2014 sur Flipboard et sur Evernote
  • > Retrouver l'édition 2013 sur d'Aïeux et d'Ailleurs
  • > A l'exception d'une seule, les cartes postales anciennes ont été trouvées sur Delcampe ; les photographies récentes ont été faites par moi-même.

Mémoire des hommes

Mémoire des hommes, qui met à disposition des documents numérisés du Ministère de la Défense, a fait peau neuve à la veille de ce 11 novembre 2013. L'interface est totalement relookée, plus moderne et ergonomique. Habituellement peu fan de 1=2, je trouve le résultat plutôt bien. La recherche multibases (Morts pour la France de la Première Guerre mondiale, de la Seconde Guerre mondiale, d'Indochine, Sépultures de guerre, etc.) est désormais possible. Les fiches disposent désormais d'un lien ark pérenne (il faudra remplacer vos anciens liens).

MAIS l'essentiel n'est pas là : la grande nouveauté, c'est l'indexation collaborative du fichier Morts pour la France de la Première Guerre mondiale. Là où avant on était bridé par une recherche nom (obligatoire) / prénom / département de naissance, on peut désormais, grâce aux données indexées au fur et à mesure par les internautes, faire des recherches simples ou croisées sur les régiments, un lieu de naissance, une date ou un lieu de décès. Ainsi pourrai-je retrouver les compagnons d'infortune de Charles Bourdic, morts sur le Renaudin au large de l'Albanie.

Il n'aura échappé à personne que nous sommes désormais en 2014, et que les commémorations du Centenaire de la Première Guerre mondiale battent (déjà) leur plein. Côté archives, cela se traduit par une forte incitation à mettre en ligne les registres des matricules militaires. GénéInfos a dressé une carte cliquable récapitulant les départements ayant mis en ligne les registres matricules (vert) ou uniquement les tables alphabétiques (jaune).

 

 

[Mal]Heureusement, lorsque l'on fait de la généalogie depuis plusieurs années, il y a fort à parier que le matricule de l'arrière-grand-papa poilu, on l'a récupéré depuis belle lurette. Qu'à cela ne tienne, ce n'est pas une raison pour bouder trop longtemps les matricules, pour la simple et bonne raison que c'est un formidable outil pour s'éviter de perdre du temps sur 36 communes :

    • > Compléter rapidement une généalogie descendante grâce aux registres de matricule

Il suffit d'éplucher les tables alphabétiques puis les registres matricules des bureaux du ou des départements où l'on sait qu'il y a potentiellement des ramifications de l'arbre. Faire ce travail sur un nom de famille très courant est forcément plus. Les fratries uniquement composée de filles peuvent bien sûr passer entre les mailles de cette recherche systématique.

Pour me consoler de la mise en ligne des matricules du Morbihan, j'ai donc épluché tables et matricules à la recherche de tous les Bourdic (14 en tout) recrutés par les bureaux de Vannes et Lorient... Le patronyme n'est pas trop courant dans le département, et les porteurs descendent normalement tous d'une branche de paludiers de Loire-Atlantique émigrée milieu XVIIIe siècle du côté de Sarzeau et Séné. Il ne reste plus qu'à faire la même chose pour les conscrits de Loire-Atlantique (beaucoup plus nombreux), et il ne devrait plus y avoir beaucoup de Bourdic de l'Ouest (hors branche de Montoir) décroché de l'arbre (voir la descendance de Jacques Bourdic, né en 1602)...

En passant, je n'ai pour l'instant pas réussi à trouver le mariage (et donc l'ascendance paternelle) du couple Louis Bourdic (ca 1844-/1898) et Marie Perrine Tanguy (1850, Penvénan-1898, Chantenay), parents d'un sacré numéro prénommé Emile Bourdic, né à Chantenay en 1883, militaire multi condamné pour vols jusqu'à s'en faire exclure de l'armée (un avant-goût sur Ouest-Eclair en 1905).

 

    • Matricule militaire d'Elie Flament, 1877-1957 - Archives du Pas-de-Calais> Pister un aïeul qui a la bougeotte

Une fois passé le charme du portrait croqué à grand trait (front, bouche, yeux, etc.), la prise de tête sur les parfois abréviations militaires et la satisfaction du récapitulatif des campagnes contre l'ennemi, n'oubliez pas de jeter un oeil sur la zone Localités successives habitées, en bas à droite. Celle-ci peut donner de précieux renseignements sur les domiciles successifs d'un conscrit, qui, après avoir servi dans l'armée active, doit rester "joignable" en tant que réserviste et territorial. Pour ceux qui ont la bougeotte, ces localisations peuvent servir d'indice pour cibler des communes de résidence et y chercher recensement ou actes d'état civil. Bien sûr, ce n'est pas infaillible et il y a eu des ratés dans le renseignement de la zone, mais ça vaut tout de même le coup d'oeil. Attention, pour les inscrits maritimes, les matricules militaires sont souvent peu bavards : il faut consulter l'inscription maritime.

 

 

Sources et liens

 

Dynamiter... plus encore que dynamiser, parce que vous risquez d'avoir quelques articles à refaire !

Plus de 3 ans que je cherche (par intermittence, d'accord) à faire une frise chronologique lisible à partir de données généalogiques, et que cela soit gérable (générable, aussi). Il suffisait de chercher avec les bons mots clés, pour tomber sur la perle du moment sur le web : Timeline JS, cette frise qui fleurit sur bon nombre de sites Internet (récemment par exemple sur celui des Archives de Rennes).

Ca me titillait d'autant plus que la ligne de vie est en plein boum sur la toile généalogique. Citons notamment l'article de La Gazette des Ancêtres "Organisez vos données en créant une ligne de vie" et les piqûres de rappel régulières, comme celle par exemple de Chroniques d'Antan "La ligne de vie, outil de réorganisation".

Frise chronologique de Pierre Elizano