tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg

Le Monde d'hier

Alors, le 28 juin 1914, retentit à Sarajevo ce coup de feu qui, en une seconde, fit voler en mille éclats comme un vase de terre creux, ce monde de la sécurité et de la raison créatrice dans lequel nous avions été élevé, dans lequel nous avions grandi, et où nous nous sentions chez nous.

Plus loin :

C’est ainsi que j’interrompis involontairement ma lecture quand soudain la musique se tut au milieu d’une mesure; Je ne savais pas quel morceau jouait l’orchestre de l’établissement de bains. Je sentis seulement que la musique avait cessé tout d’un coup. Instinctivement, je levai les yeux de mon livre. La foule qui se promenait entre les arbres comme une seule masse claire et flottante semblait elle aussi se transformer ; elle aussi interrompait subitement son va-et-vient. Il devait s’être passé quelque chose. Je me levai et vis que les musiciens quittaient leur kiosque. Cela aussi était singulier, car le concert durait d’ordinaire une heure ou plus. Il fallait que quelque événement eût provoqué cette interruption. En m’approchant, je remarquai que les gens se pressaient en groupes agités devant le kiosque à musique autour d’une communication qui, de toute évidence, venait d’y être affichée. C’était, comme je l’appris au bout de quelques minutes, la dépêche annonçant que Son altesse Ferdinand et son épouse, qui s’étaient rendus en Bosnie pour assister aux manoeuvres, y avaient été victimes d’un assassinat politique.

Passionnant Stefan Zweig, Le Monde d’hier, souvenir d’un européen.

ImprimerE-mail

Les ouvrières dans l'industrie nantaise à la Belle Epoque (1890-1914)

Oui, avant la "Première Guerre mondiale qui a permis aux femmes de travailler".

Un jour, j'ai écrit un mémoire d'histoire sur Nantes, ses biscuiteries, ses filatures, ses conserveries alimentaires, sa manufacture de tabacs, et ses milliers d'ouvrières. Un jour j'ai découvert les archives, et passé des semaines en salle de lecture à compulser des dizaines et des dizaines de liasses, boîtes — soit dit en passent, sans jamais imaginer que je passerai un jour de l'autre côté de la banque d'accueil.

Il fut vaguement question à un moment de le reprendre pour le publier. 8 ans après, il est clair que je ne remettrai pas le nez dans ce travail... Il est déposé dans quelques services d'archives et bibliothèques universitaires, mais cela fait un moment que je songe à le diffuser aussi en ligne, histoire que ça serve un peu.

Les ouvrières dans l'industrie nantaise à la Belle Epoque, 1890-1914

Mémoire de master Histoire, 2006 - CC BY-NC-SA

 

Fédération des Sociétés Coopératives Ouvrières de Bretagne Usine de conserves alimentaires

 

Rapidement, en commençant mes recherches, j'ai ressenti le besoin de mettre des noms sur ces ouvrières — à cette même période, j'étais petit à petit contaminée par le virus généalogique. Alors j'ai identifié des rues populaires : rue du Marchix, rue de Saint-Similien, rue de Coulmiers, rue de la Havane, rue de la Montagne, rue de la Ville-en-Bois (ces deux dernières font partie de Chantenay). Et j'ai dépouillé les recensements de population de 1896 à 1911. Aujourd'hui les registres sont numérisés et consultables sur le site des Archives de Nantes. Au total une base de près de 2200 femmes, qui dormait gentillement sur mon disque dur depuis...

Recensement des ouvrières nantaises (CC BY-SA)

Fichier CSV - Fichier XLSX

 

Les fichiers sont loin d'être parfaits, il y a quelques erreurs de lecture sur les noms, les lieux de naissance — encore une fois, j'étais une newbie de la généalogie. Néanmoins, s'ils peuvent débloquer ne serait-ce qu'une seule personne, ce sera plus satisfaisant que de tomber dessus parfois sur mon D:/. Il est par ailleurs accessible sur Généanet.

 

Sources et liens

ImprimerE-mail

Raccomodeur de porcelaine

"[Notre successeur archiviste] sera dans les conditions où nous nous trouvons nous-mêmes pour traiter les fonds de la période 1800-1940, obligés que nous sommes de passer notre temps à raccommoder la faïence ou plus noblement à faire de la reconstitution archéologique."

Gérard Naud, La Gazette des Archives, n°75, 4e trimestre 1971, p. 186-187.

Raccomodeur de porcelaine (E. Atget) 

 

Ce soir, je me sens comme la raccommodeuse en faïence croisée dans un rôle de la capitation de 1760. Soupir et béatitude.

 

Source

ImprimerE-mail

Les Bretons et la justice

Annick Le Douget - Crime et justice en Bretagne

Ces notes ont été prises lors de la - passionnante - conférence d'Annick Le Douget aux Archives de Rennes le 14 février 2013.

Annick Le Douget s'intéresse, depuis de nombreuses années, à la relation des Bretons au fait judiciaire, particulièrement au XIXe siècle. Sources utilisées : fonds judiciaires des AD, mais aussi les fonds des ministères aux AN (rapports des cours d'assises, avec notamment des éléments sur l'impact d'une affaire sur la population, malgré des lacunes après 1865, statistiques), la presse (souvent moraliste).

Points abordés : 1. Des Bretons peu procéduriers - 2. La question de la langue bretonne - 3. Une criminalité féminine importante - 4. La question de l'alcoolisation - 5. Aparté sur l'erreur judiciaire

ImprimerE-mail

Hervé Lossec, Les Bretonnismes

Dans la hotte du père Nedeleg (Noël) bigouden se nichait le succès de librairie d'Hervé Lossec : Les Bretonnismes. Ou comment décortiquer son parler, défaire le langage pour y dénicher ces mots, expressions et tournures qui mâtinent le français de l'Ouest. Des bretonnismes quoi. Savoureux et tendre, que l'on soit bretonnant, ou non. Voire pas du tout originaire du coin (ma mère dit bien qu'il va y avoir du reuz ! garanti pas blésois pour un sou). Le tout forcément illustré par Nono.

Dessin de Nono, Le Télégramme, 20 décembre 2010

En vrac :

  • avoir des pikouz dans les yeux (je viens de découvrir qu'en français cela s'appelle la chassie...) ;
  • avoir l'air fin (idiot) ;
  • être droll (un peu dérangé) ;
  • être une brelle (nul, et encore nul, c'est gentil...) ;
  • nous v'là propre (nous voilà bien) ;
  • cinq verres de rang (cul sec ?)
  • tu as envoyé ton cartable avec toi ?
  • ça va faire du reuz (dans Landerneau bien sûr)
  • un peu de startijen (surtout si c'est du diboular, c'est sûr que ça donnera du tonus !) ;
  • mets ton chupenn (ton blouson) ;
  • a dreuz (de travers),
  • memes tra (plus joli que "même chose"),
  • yec'hed mat (aussi exotique qu'un na zdorovie ou qu'un sănătate non ?!)

 

ImprimerE-mail

tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg