tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg

Treize (sosas) à la douzaine, ou presque : une épine généalogique en moins

804 leclere christophe sign 1793Il y avait ce 26 janvier 2020 un sacré alignement de planètes généalogiques, pour qu'au détour d'une petite heure à généalogiquement zoner sans vraiment de résultats, se défasse sous mes yeux ahuris, un paquet de noeud d'ancêtres bien serré.

Depuis 2007, l'ascendance de mon sosa 100 tout rond, Adolphe Désiré François MENEAU (1822-1865), s'arrêtait nette :

  • j'avais son acte de décès en 1865 (acte de décès intégral, ce qui, à Paris, est un détail qui compte), à l'âge de 43 ans ;
  • une potentielle date de naissance concordante avec l'âge de décès, avec un acte reconstitué au nom d'Adolphe François MENEAU, né le 26 décembre 1822 à Paris faubourg Saint-Martin 296, 5e arrondissement (ancien)
  • des parents cités dans cet acte de naissance, portant des patronymes... plutôt courants : Claude Meneau, domestique et Marie Jeanne Honorine Leclerc.

 J'ai épluché plutôt deux fois qu'une les fiches de l'état civil reconstitué parisien aux noms de Meneau, Menault, Leclerc, Leclere and co, ou encore les registres d'admission aux hôpitaux de Paris lorsqu'ils étaient consultables en ligne, etc. Toujours sans résultat.

 

Jusqu'à ce que tout à coup, en ce début d'année 2020, l'ascendance du sosa 100 s'ouvre à moi (enfin presque) :

meneau leclerc epine tweet 20200126skeleton dance

 

Un relevé du Centre généalogique de Touraine déposé sur Geneanet stipule que Claude François Meneau, domestique, épouse le 16 février 1822 à Brizay (Indre-et-Loire) Marie Jeanne Honorine Leclerc, femme de chambre. Lui est originaire de Villandry (Indre-et-Loire), elle de Breteuil (Oise), mais ses parents demeurent à Paris, 296 rue du Fabourg-Saint-Martin. Maison-même où un petit Adolphe naîtra 10 mois plus tard !

Un acte de mariage complet et filiatif, des lieux de naissance, des professions, des archives et des arbres en ligne : il ne restait plus qu'à dérouler la pelote dans tous les sens.

Bilan de cette razzia :

  • 129 sosas (!!!) en plus, grâce notamment aux arbres généalogiques de moo, aprivey, cewamale, mhenaux, entre autres, extrêmement bien sourcés voire avec des permaliens vers les actes (qu'ils en soient remerciés) ;
  • 2 nouveaux départements : l'Oise, en particulier Breteuil et Villers-Vicomte, avec un petit débordement dans la Somme, toute proche (Chirmont). Sans compter deux nouveaux spots en Touraine : après Chenonceaux, direction Azay-le-Rideau et VIllandry (il y a pire comme paysage).

Dans la roue d'ascendance ci-dessous (générée grâce à l'outil de Florian Cassayre), on voit qu'il reste plein de trous et de nouveaux blocages distinctement les branches de l'Oise (bleu turquoise ; patronymes Leclerc, Lefranc, Le Roux, Darras, Magnier) et de l'Indre-et-Loire (vert pomme ; patronymes Meneau, Raffault, Crosnier, PIchet)

 

genealogie asc adolphe desire meneau

  • deux notaires parisiens (étude XI et étude LXXX) : ça sert toujours, pour essayer d'étoffer la vie des individus, ou débloquer ce qu'il reste), puisque les couples Leclerc-Lefranc, domicilié à Paris, y ont consentis aux mariages de deux de leurs enfants. Pour l'instant j'épluche consciencieusement les répertoires, en vain, bien sûr...

  • des pistes de recherche en archives, notamment pour le grand-père maternel d'Adolphe Meneau, Cyr Christophe Leclerc, décédé en 1834 à Paris (pas d'acte reconstitué, mais date figurant dans l'acte de mariage de son fils, gendarme à Bain-de-Bretagne) : le monsieur est avoué auprès du tribunal de Breteuil en 1792, est dit "secrétaire de la municipalité" en 1795 puis directeur de la poste aux lettres de 1803 à sa fin de carrière.

  • enfin, en rédigeant cet article, je réalise que l'acte de naissance d'Adolphe François Meneau a été reconstitué en 1877 pour un "engagement" [militaire a priori]. Il ne s'agit sans doute pas de celui de mon aïeul d'Aristide MENEAU (1851-1878), mais potentiellement de celui de son frère Albert Louis MENEAU, né en 1859, pour lequel je n'ai pour le moment pas d'autre informations. Rien ne figure dans les tables alphabétiques de 1877, mais je vais élargir les recherches.

Toutes ces découvertes méritaient bien, en plus d'un article, quelques belles signatures et une carte avec la répartition des nouvelles contrées à explorer !

402 leclerc cyr sign 1792

201 leclerc honorine sign 1822 

 

Voir en plein écran

 

 Sources et liens

 

 

 

 

 

 

Imprimer E-mail

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg