tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg

Sarzeau and Co : de l'importance des lieux-dits

C'est un coin entre terre et mer que j'aime tout particulièrement (soyons honnête : c'est magnifique !). Que dis-je, un coin ? Une longue presqu'île, qui enlace d'un bras la petite mer intérieure. La presqu'île de Rhuys, c'est plus de 100 km², avec une commune mastodonte, bien assise au milieu : Sarzeau, 66 km² à elle seule. Et encore, on lui a rogné les bords au XIXe siècle, avec la création de Saint-Armel (1858) puis Le Tour-du-Parc (1864), anciennes sections de la commune.
Jusqu'alors Sarzeau s'étendait sur 19 kilomètres de large, de Kerjacob, à l'Ouest, à Pencadenic, tout à l'est. Près de 4 lieues, qui nous paraissent aujourd'hui anodines, mais pour l'époque, ce n'était pas rien (même si les gens bougeaient finalement plus ce qu'on veut bien nous faire croire).

À partir de Jeanne Françoise Elizano (1824, Le Tour-du-Parc-1898, Larmor-Plage), aïeule à la 6ème génération, j'y ai de nombreux ancêtres, disséminés dans les villages épars. Le Tour-du-Parc en 1824, Larmor-Plage en 1898, il y a de quoi tiquer un peu : la première n'est commune qu'en 1864, la seconde en 1924. Beaux anachronismes...

 

 

Sarzeau m'a en fait un peu servi de laboratoire, généalogiquement parlant, pour le traitement des lieux-dits. Le lieu est idéal : une énorme paroisse, un habitat très dispersé, des communes distraites de son territoire au XIXe siècle. À ce jour, je compte plus d'une cinquantaine d'ancêtres directs qui en sont originaires : 52 baptêmes ou naissances, 54 sépultures ou décès. Enfin, pas originaires mais plutôt "qui figurent dans les registres paroissiaux et d'état civil de Sarzeau".

sarzeau1

Géolocalisation de mes ancêtres en fonction des sources (registres de Sarzeau et du Tour-du-Parc)

 Tous à Sarzeau. Ou presque : le premier mariage de Jeanne Françoise Elizano en 1845 est enregistré dans le registre séparé de la section du Tour-du-Parc, commune de Sarzeau. Ces registres séparés sont tenus à partir de 1838, alors que la commune n'est créée qu'en 1864.

Sarzeau, Le Tour-du-Parc... ce n'est quand même pas tout à fait la même chose, géographiquement parlant. En utilisant les informations géographiques contenues dans les actes de Sarzeau, on obtient une toute autre répartition géographique...

sarzeau5

 Géolocalisation de mes ancêtres en fonction des informations contenues dans les sources (registres de Sarzeau et du Tour-du-Parc)

En fait, si je m'en tenais à saisir "par défaut" le lieu du registre paroissial (ce qu'on fait dans 90% des cas) et non le lieu réel de l'information donnée par cette source, j'aurai une vision assez erronée de la situation. Voire Le Tour-du-Parc n'apparaîtrait même pas dans ma généalogie. Pourtant, être côté terre, mer, marais salants ou ria, peut avoir des incidences. Sans compter que 18 kilomètres entre Kerjacob et Pencadenic, c'est dans certains endroits la distance qui sépare 2 ou 3 communes !

 

De Sarzeau au Tour-du-Parc

Géolocalisation "réelle" de mes ancêtres de "Sarzeau"... du bourg de Sarzeau aux villages alentours

En Bretagne, on a des registres anciens et bien tenus, qui en plus indiquent très souvent les lieux-dits : profitons-en. J'ai donc pris une décision radicale : les lieux saisis dans le logiciel sont, autant que faire se peut, ceux des informations figurant dans les actes : le lieu-dit prime sur la commune. Dissociation entre le document d'archives (la source) et les informations qui y figurent. Par exemple : naissance à Pencadenic (donc commune du Tour-du-Parc aujourd'hui, anciennement Sarzeau), baptême à Sarzeau, et source : les registres de Sarzeau. .

sarzeau ohmigene

Localisation et source dans mon logiciel de généalogie (Ohmigene)

Idéalement, il faudrait pouvoir géolocaliser un événement à une latitude et une longitude, qui correspondrait à un lieu-dit, lequel serait rattaché à une ou plusieurs communes, selon les périodes, elles-mêmes rattachées à des cirsconcriptions plus ou moins fluctuantes et multiples, de la sénéchaussée royale aux nouvelles régions (ou pas). Bref : un problème classique de référentiel avec des relations hiérarchiques et chronologiques.

Le format Gedcom étant ce qu'il est, la commune prime sur la "subdivision". Géolocaliser automatiquement des lieux-dits précis (pas "la-mairie-au-milieu-du-bourg" par défaut) est relativement facile aujourd'hui, encore faut-il avoir une commune "actuelle" pour le géocodeur. "Pencadenic + Sarzeau" = inconnu dans la base IGN.

Et c'est ainsi que j'ai relocalisé près de la moitié des événements "Sarzeau" au "Tour-du-Parc", pleinement consciente de l'anachronisme (mais on rattache bien des paroisses d'Ancien Régime à des régions à la sauce 2017) et ravie de mes nouvelles géolocalisations. La mise à jour est faite depuis de nombreux mois sur mon arbre en ligne. Personne jusqu'à présent ne m'a signalé d'"erreur" sur Geneanet.

Prochaine opération : éparpiller par petits bouts Plomeur, façon puzzle bigouden (quand les registres seront en ligne...).

 

Liste éclair géolocalisée, par village

Voir en plein écran

 

Sources et liens

Imprimer E-mail

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg