Télégramme du 29 mars 1927.

Intérieur Sureté Gle à Préfet Quimper = en l absence de tout crédit figurant au budget intérieur ou à celui des colonies ou même à celui du Sénégal sur lequel puisse être imputé rapatriement Dakar sept sénégalais embarqués clandestinement et arrivés à Brest 25 février marine marchande a invité inscription maritime Brest se mettre en rapport avec St Nazaire Nantes et Bordeaux en vue rechercher embarquements possibles.
Autres temps, mêmes moeurs. La loi du 30 mai 1923 réprime le délit d'embarquement clandestin à bord des navires de commerce. Dans les mois qui suivent, préfet et sous-préfets s'organisent pour le rapatriement à moindre frais. Une lettre interministérille du 11 avril 1927 impose à la compagnie maritime de prendre à sa charge, en plus du rapatriement par mer, l'acheminement jusqu'aux ports d'embarquement eux-mêmes. Mais au mois de juin, la commpagnie Delmas refuse de supporter ces frais de transport jusqu'au Havre.
Pendant ce temps-là, les jeunes clandestins ont rapidement trouvé à s'employer dans les environs (Finistère et Côtes d'Armor). Extraits de la correspondance entre préfecture, sous-préfecture et commissariat spécial.
 

Les titres des articles sont clairs. Epuration. Nom, prénom, âge, domicile, motif d'arrestation.

Lundi et mardi, les personnes suivantes ont été arrêtées par les différents services de police et conduites aux Sylphes: *** Janine, 19 ans, s.p., à Pornichet, collaboration ; *** Janne, 20 ans, s.p., collaboration ; *** Juliette, 48 ans, couturière à Pornichet, collaboration ; *** Augustine, 47ans, commerçante à Trignac, menées anti-nationales; *** Pierre, docteur en médecine, 40 ans, La Baule ; *** Gabrielle, 37 ans, institutrice, pro-allemande; *** Marcel, 24 ans, à Montoir, trafic avec l'ennemi ; ***, née ***, 26 ans, italienne, femme de ménage à La Baule, collaboration ; *** Huguette, 21 ans, s.p., à Pornichet, concubinage avec l'ennemi.

Alors que je m'entête (et m'énerve) à essayer de dénicher les ancêtres du pigeon / Pihour voyageur (Pihour, Guitter et autre Boullour, ou plus certainement Bouhour) dans les registres d'Angers - l'intérêt des registres paroissiaux des villes, c'est qu'on tombe sur plein de métiers urbains, rarement présents dans les registres ruraux, l'inconvénient... c'est qu'une ville est composée d'une multitude de paroisses -, je tombe dans les tables (oui, c'est déjà un avantage, il y a des tables de baptêmes, mariages et sépultures !) de la paroisse de Saint Julien sur un éventuel cousin... François PIHOUÉ, tué à Saint-Martin-du-Limet, à une soixantaine de kilomètres de là (aujourd'hui en Mayenne).

François Pihoué agé denviron cinquante ans habitant de la paroisse de St Julien de Angers y aiant femme et enfans, a esté travercé dun corp depee dans nostre paroisse est decedé le lendemen vingt cinq may meme annee [1706] et inhumé dans nostrecimetiere en presence de Charle Thomas Jean Colombeau et plusieurs autres qui non scusigner.

 

Aujourd'huy vingt cinquiemme jour du mois de novembre mil sept cent cinquante trois Marie Anne Guinot femme de Joseph Thirion de cette paroisse agée de quarante huit ans a été eluë dans l'assemblée des femmes, à la pluralité des suffrages, pour faire l'office de sage femme, & a prété le serment ordinaire entre mes mains, conformement au rituel de ce diocese. A Outrancourt les jours et ans cy dessus marqués.

J. Le Cleret prêtre et curé d'Outrancourt

Election d'une sage femme, Contrexéville (88)

 

Il n'est pas rare de tomber au fil des registres sur des naissances illégitimes. Certains actes sont succincts, d'autres mentionnent une déclaration de grossesse. Mais peu laissent deviner toute l'histoire.

Le deux avril mil sept cent quarente et deux Marie Bidal sage femme nous a présenté une fille, quelle nous a declarée estre née ce matin de Perrine Fleuri demeurante au faubourg, ou elle est revenue depuis environ quatre ou cinq mois, etant auparavant servante dans la ville de Maienne, lequel enfant a été par nous baptisé et nomé Jeanne par Brice Pierre et Jeanne Hamelin.

Source