tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg

Papi

Je vois vaguement un bateau immense, forcément, tu vois pour un gosse, un paquebot, c'était immense, je vois vaguement que j'étais sur un pont, qu'il y avait du soleil, que c'était lumineux, [...] j'étais sur la mer.. on était sur la mer.
Dernier navire : le canot de la SNSM, au large du Croisic. Jamais loin de la mer... Lorient Alger Le Croisic. Dernier voyage pour toi, un au-revoir en guise de première fois pour moi : entrer au Croisic par la mer.
En griffonnant quelques mots pour la cérémonie, je me suis retrouvée un peu bête, en prenant conscience de tous ces petits hasards, qui font qu'en dehors du simple fait d'être à l'origine de ma modeste existence, il y a eu aussi toutes ces petites choses qui font que je suis aussi là où je suis, aujourd'hui. Un arbre généalogique crayonné sur un coin de table à six mains, des légendes remontant au milieu d'un siècle lointain, Des Gallery de la Rosière quelque part dans un coin, un capitaine de navire malchanceux, des photos sépia de terres lointaines, de paquebots, Onésime... Des histoires racontées d'un grand-père à sa petite-fille. Petite-fille qui s'est prise au jeu des histoires, a fouillé les archives, longtemps, partout, qui continue, en a même fait son métier, et lui a raconté en retour d'autres histoires, pas si légendaires que ça. Petite-fille qui avait tenté de mettre en pratique son cours tout frais sur les témoignages oraux, n'a jamais totalement transcrit l'entretien, très imparfait... mais tellement précieux, plus de dix après.
Et là, au moment de se mettre à écrire quelques lignes pour le dernier grand-parent, dans ce train qui chenille du bout de la terre au milieu de ce fascinant miroir des marais salants, forcément, je ne trouve plus la photographie de toi, tenant en riant le diplôme de garde national de Joseph Gallery, estampillé 1793. Je vais bien remettre la main dessus. Ou peut-être pas... Ca sera une histoire de plus à raconter.
4Fi52
Jean Bourdic (1925-2019) - Annie Biguais (1926-2009)
Bons baisers depuis le quai, sous les goélands et le soleil

Imprimer E-mail

Basile et Alexandre, les tontons russes

Les soeurs de la grand-mère Bourdic ont épousé deux Russes blancs.
J'ai dû entendre cette phrase, et les noms russes, bien avant de commencer la généalogie. Tonton Basile et Alexandre. Kondratovitch et Nikolaeff. Des noms, associés très vite à des photographies. Du moins pour Basile. J'avais du mal à associer la photo identifiée comme étant Alexandre, jeune marié, et celle du vieux monsieur près de sa femme malade, au milieu des années 1980. La photo d'identité figurant dans le dossier de naturalisation tend à me conforter dans l'idée qu'il ne s'agit pas d'Alexandre et Marcelle... 
 
 nikolaeff id
 
Basile (à gauche) ; Alexandre (à droite, d'après le dossier de naturalisation) ; finalement pas Alexandre et Marcelle, mais qui ?! car la jeune femme a définitivement un air de famille, mais là n'est pas le sujet pour l'instant (en dessous).
Après avoir glâné pendant des années de vagues informations, j'ai pu consulter dernièrement le Graal : leur dossier de naturalisation ! Des bribes de vie passionnantes à travers l'Europe des années 1920, une foule d'informations et plein de petits cailloux semés pour essayer d'approfondir certaines zones d'ombre.

Imprimer E-mail

Jeanne Le Livec, libraire à Brest

Hasard des archives, je suis tombée, au cours d'un travail de description sur les dossiers de brevetés de l'imprimerie et de la librairie, sur un nom très familier : Jeanne Geneviève Le Livec, épouse Michel, libraire à Brest. Les "Le Livec" étant, à ma connaissance, quasi tous cousins (d'Onésime) et originaires de Plouhinec (Morbihan), j'ai vite numérisé le dossier pour m'y plonger à mes heures perdues.

livec libraire dossier

 

Bingo. Une petite recherche ascendante m'a permis de raccrocher rapidement le dame, native de Lorient en 1832, à mes ancêtres du même nom.

Imprimer E-mail

Un prénom

Nommer, les choses, les gens, les ressentis, est essentiel, voire vital. Mais prénommer quelqu'un, c'est énorme ! Marqueur générationnel, social, géographique… quelle pression quand on y pense, et quel pouvoir... Personnellement je suis ravie de mon prénom, rare, à la prononciation toujours problématique. Alors la barre est haute ! Bien sûr, il est toujours possible de changer de prénom, juste pour l'usage ou pour de bon, avec mentions marginales rectificatives sur tous les actes d'état civil et tout, ce ne sont pas tes grands-pères qui diront le contraire.

leeloo1

Le prénom. Parfois répété de génération en génération, les généalogistes en ont régulièrement des cheveux blancs. Prénom du père, pour l'aîné, souvent. Prénom du parrain. Prénom du saint local, souvent en dernier (des Joseph à n'en plus finir dans le Nord, et des Marie en veux tu, en voilà, dans l'ouest breton). Ou encore prénom de l'aîné décédé. Voire prénom sorti d'on ne sait où, comme pour Epaminondas !

Imprimer E-mail

#Généalogie30

Au mois de juin, un autre "challenge" que l'habituel Challenge de A à Z (qui aura lieu en novembre) a agité la twittosphère généalogique : Généalogie30. Dans la foulée du défi #archives30, Sophie Boudarel a lancé le défi sur le thème de la généalogie, avec le calendrier suivant :

genealogie30

 

Retrouvez ma participation sur Framastory (outil qui permet de remplacer feu Storify) : Généalogie30 (lien) ou ci-dessous (iframe)

 

Imprimer E-mail

tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg