tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg

Archives numérisées : les dessous de l'écran

Nous sommes... celles qui vous font oublier qu'un registre paroissial, « en vrai », c'est rarement plus grand que votre écran d'ordinateur. Nos pionniers sont la Mayenne, talonnée de près par la Vendée, il y a déjà 7 ans. Nous sommes attendues comme le messie. Pour nous on sort l'artillerie lourde. Les grands mots, les beaux, les gros. Ceux vidés de leur sens à force d'être utilisés à cor et à cri. Droit. Devoir. Service public. Parfois les grands maux... Dès que nous apparaissons, nous sommes prises d'assaut, contents et mécontents, déçus et surexcités, des quatre coins du monde.

Nous sommes... (dans le titre, certes) : les archives en ligne.

 

Petit retour d'expérience professionnelle et de pratiques personnelles.

 

 

 

Imprimer E-mail

Errare amicus genealogistorum est

Généalogie des erreurs en généalogie... Instantanément vous pensez à Geneanet, aux erreurs recopiées à l'infini qui font boule de neige, que dis-je, avalanche, que c'est le diable, etc. etc. Bien... il y a des erreurs, mais les adeptes de Geneanet ne sont pas les seuls à se tromper, loin de là.

Petite typologie après quelques années d'expérience.

Les erreurs de recopiage et d'inattention

 

« C'est n'importe quoi, l'arrière-grand-papa [cochez la case correspondante]

  • [ ] n'est pas né en juillet mais septembre ! » (oh, un 7bre mal compris)
  • [ ] n'est pas né le 19 mais le 10 ! » (oh, un doigt qui a glissé sur la touche voisine)
  • [ ] ne s'appelle pas Pierre mais Antoine. Pierre c'est son père » (oh, une génération de zappée).

Chacun a sous le coude des exemples de dates, lieux, prénoms, erronés ou faux.

 

Imprimer E-mail

Découvrez le Généafil !

Le Généafil

Vous vous intéressez à la généalogie et êtes un adepte d’Internet ?  Blogs, presse, débats d’actualité, expositions, ouvrages historiques, etc., le Généafil vous permet de rester à l’affût des nouveautés généalogiques, archivistiques et historiques !

 

 

 

 

 

L’apparition des Archiveilleurs Les Archiveilleurs, veille collaborative en archives, veille collaborative autour des archives, a donné des idées à certain-e-s : pourquoi ne pas proposer aux généalogistes internautes un moyen de rester informés de l’actualité généalogique ?

Le Généafil est un réseau informel, sans but lucratif, entièrement indépendant de tout contexte institutionnel, associatif ou commercial. Le service entièrement gratuit est proposé aux internautes sous différentes formes

La mécanique repose sur des outils gratuits et disponibles en ligne (sites de bookmark sociaux, Yahoo Pipes). Pour en savoir plus, n’hésitez pas à vous rendre sur le site www.geneafil.fr !
Pour nous contacter : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 

PS : les dernières actualités du Généafil défilent sur www.daieux-et-dailleurs.fr dans le pied de page !

Imprimer E-mail

Et vous, quel(le) généalogiste êtes-vous ?

Tout ce que je n'ai pas fait, ne fais pas, ou fais mal depuis le début de mes recherches généalogiques :

 

  • Je n'ai pas relevé systématiquement les témoins, parrains, marraines, et autres présents cités dans les actes. Maintenant c'est systématique pour les aïeux directs, sauf difficultés de lecture. Mais parfois la flemme me reprend lors de relevés sur les patronymes et éventuels cousins ;
  • Je ne note pas les registres, lieux, périodes, où je fais chou blanc. Au risque de me les retaper un jour ;
  • Je parcours les registres en lecture automatique, repérant les trois ou quatre patronymes en tête sur le lieu... Le jour où je ferai un peu plus de généalogie descendante, je vais m'amuser ;
  • Je fais rarement l'effort de différencier décès et inhumation. Je mentionne généralement la date de décès (celle mentionnée par l'acte). Côté naissances et baptêmes, je me suis améliorée ces derniers mois ;
  • Pour les lieux-dits (les subdivisions de Geneanet), j'essaie d'être relativement disciplinée ;
  • Je n'utilise jamais le champ "Source" sur Geneanet ou dans mon logiciel pour les actes d'état civil. Par contre, je le fais systématiquement pour les documents autres (actes notariés ou autres documents d'archives). Et j'ai une tonne de favoris dans mon navigateur (jusqu'au jour où je plante mon ordi ?) ;
  • Je fais peu de sauvegardes, même si l'essentiel (les plus de 700 actes d'ancêtres directs) est dupliqué ;
  • J'ai mis un moment à m'astreindre à une charte de nommage pour mes fichiers et répertoires, mais désormais je m'y tiens. Tout est numérisé. Pour les photos, je n'ai pas encore de solution pour le nommage et la base ;
  • Je Google beaucoup, Geneanete pas mal (et j'ai repris mon abonnement Privilège), Gallicate doucement mais sûrement. Côté Mormons, c'est assez pauvre ; NotreFamille, c'est en cas de nécessité extrême ; Geneaservice, c'était lorsque les AD de Paris n'étaient pas en ligne. Et j'aime bien Ellis Island ;
  • Je contacte systématiquement les généanautes avant de mettre sur Geneanet les données que j'ai pompées sur leur arbre. Je fais très souvent un lien direct dans le champ Notes vers le couple au niveau duquel nous cousinons. Et désormais je ne mets que les branches collatérales sur mon arbre en ligne. Trop de bruit sinon. Par contre je propose facilement des GEDCOM et mes actes consciencieusement nommés ;
  • Parfois par flemme de me perdre dans les multiples paroisses d'un département, je préfère dérouler un peu la pelote de laine en achetant un acte sur Bigenet ;
  • Aller aux archives en tant que lecteur me manque. Mais c'est le métier qui veut ça.

Imprimer E-mail

tablettes_rennaises_ms619_bg.jpg